Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 15:09

Pour cette première chronique, je vous propose de vous écrire du futur. Depuis le 29 mars et jusqu’au 19 août 2007 se déroule, au musée des Arts décoratifs, une rétrospective Joe Colombo, reconnu par tous comme l’inventeur du futur.


Colombo01.jpg

D’abord sculpteur puis architecte, il concentre ses travaux sur la création de mobiliers interprétant ainsi ses visions fantastiques et futuristes. Il dessine des objets modulaires aux formes douces et déroutantes réalisés en matériaux composites afin de meubler des habitacles futuristes.


Colombo02.jpg

Son fauteuil Elda (1963) deviendra le meuble icône d’une génération. D’une incroyable modernité, il hantera les décors des films de sciences fiction comme « Cosmos 1999 ». Mais son travail le plus remarquable est sa réflexion sur l’appartement du futur. Il parlera de « cellule d’habitation » autonome la « Total Furnishing Unit » (1971). Structure en plastique moulée, regroupant toutes les fonctions vitales et se dépliant au gré des besoins.

 

Colombo03.jpg

Il était fasciné pour les nouvelles technologies, dont il souhaitait leur parfaire intégration dans le mobilier et l’habitat. Quelle frustration en effet d’inventer l’environnement parfait et fonctionnel d’une technologie encore trop balbutiante. C’est un peu comme si le design automobile était apparu au 18ième siècle. A quoi bon intégrer des écrans de télévision au plafond quand celle-ci n’a qu’une chaîne en noir et blanc ? A quoi bon dissimuler une cuisine fonctionnelle dans un grand tiroir coulissant lorsque le four à micro-ondes et la plaque vitrocéramique n’existe pas ?

 

 

 

Cependant, en inventant ce futur radieux, Il a involontairement forgé dans l’esprit de ma génération, l’idée d’une modernité accessible et concrète. Notre futur vivra la technologie en osmose avec notre habitat et notre mobilier.


Colombo05.jpg

Il meurt prématurément à l’âge de 41 ans, au début des années 70, sans connaître la révolution technologique que ses meubles étaient pourtant prêts à accueillir.

 

 

http://www.joecolombo.com/

 

http://www.lesartsdecoratifs.fr/fr/01museeartsdeco/joe-colombo/page01.html

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans C'était le Futur
commenter cet article
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 13:17


Nous voici plongés, au coeur de la gamer assembly 2K7 comme disent les "gamers".

http://www.gamers-assembly.net


Alors pour ceux qui n'étaient pas, ce matin à l'inauguration par Désiré Koussawo de cette nouvelle édition, voici quelques images prisent sur le vif.


Une vue de la salle où se concentrent 1 000 joueurs, passionnés, enfiévrés, concentrés, soudés. Ils sont prêts à en découdre virtuellement sur Counter-Strike ( 1.6 et Source), Quake 4, Warcraft 3 ou World of Warcraft.


C'est un peu une Webnight géante et je rêve déjà à la future organisation en 2K22 d'une Webnight internationale. Eric tu t'égares ?


La veille déjà, lors du colloque organisé à l'espace Mendès France, nous avions réfléchi aux addictions provoquées par les jeux vidéo.


Sous l'oeil interrogatif d'Emmanuel Forsans qui fut notre modérateur candide, nous pouvions dés aujourd'hui expérimenter et valider grandeur nature le fruit de notre réflexion.


Deux salles géantes sont envahis de câbles, de joueurs, d'écrans, d'ordinateurs futuristes, rafraîchis à l'air, à l'eau ou à l'azote liquide sans parler de processeur « overclockable ».


Si ces joueurs ne sont pas « addicted » en revanche ils sont passionnés, plein d'humour et de dérision. J'aurai l'occasion la semaine prochaine de faire un bilan de ces trois jours.

Jouez maintenant...

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Actualité
commenter cet article
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 13:11

Chers lecteurs, chers étudiants, chers passionnés numériques.

Le groupement Renaissance Numérique vient de publier un Livre Blanc: "2010 l'Internet pour tous"

http://www.renaissancenumerique.org/

J’ai immédiatement salué cette initiative heureuse qui faisait entrer dans le débat politique un peu de modernité. Sur la base d’extraits de l’excellent article de Estelle Dumout, du web journal ZDNet et de mon argumentation je vous propose une critique constructive de ces propositions et vous appelle à réagir en proposant à votre tour des pistes de réflexion. Mon propos n’est absolument pas polémique, c’est plutôt un éclairage qui s’adresse à vous, futurs acteurs du numérique.

 

« Car leur constat se veut alarmant: «Le baobab qu'est le développement du haut débit est l'arbre qui cache le reste», affirme François Xavier Hussherr, directeur associé au Benchmark Group et président de Renaissance Numérique. «La France est très en retard sur ses voisins européens, avec seulement 57% des foyers équipés de PC et à peine plus de 40% connectés à internet.»

 

Chaque veille électorale est suivie « d’oracles catastrophistes » qui prédisent notre déclin pour mieux se faire entendre. Ce n’est pas en tirant la sonnette d’alarme que l’on fait avancer un train. Je ne sombrerai donc pas dans cette vision assombrie de l’Internet français. Les chiffres de l’équipement et de la connexion ne sont pas catastrophiques et se situent dans une bonne moyenne.

 

Je rassure les étudiants, il n’y a pas de prix international de la connexion haut débit et aucun pays ne devient la « Nouvelle Star » de l’Internet. L’équipement d’un pays dépend de son histoire, de sa culture, de sa géographie, de son pouvoir d’achat et des choix politiques. Notre pays est vaste avec une très faible densité de population et seulement trois grosses villes. Vous vous doutez bien que les petits pays du Nord, l’Allemagne et dans une moindre mesure la Grande Bretagne ont plus de facilité à équiper plus de monde.

 

Ensuite un taux d’équipement ne veut strictement rien dire, c’est l’accessibilité à la maison, au bureau, à l’école qui est important. Enfin l’équipement se fait au niveau d’un foyer et non pas au niveau de l'individu comme pour le téléphone portable. Un même foyer équipé pourra ainsi permettre aux parents, enfants et grands parents de se connecter.

 

Leur ambition est, à l'horizon 2010, de faire passer ces deux taux à 80%. À cette fin, ils ont donc rédigé quinze propositions, qu'ils ont soumises à tous les candidats à la présidentielle. «Nous sommes attristés que l'internet soit absent du débat politique», poursuit-il. «Les questions se cristallisent sur le logiciel libre, sur la loi Dadvsi, sur les cocoricos en matière de haut débit: tout cela est important, mais ce n'est pas cela qui fera que les gens vont se connecter», martèle François Xavier Hussherr.

 

Ce chiffre sera presque naturellement atteint si l’on examine la courbe exponentielle de l’équipement. Les Français ont un tic qui énerve, à l’inverse des Britanniques, ils s’équipent tardivement mais massivement. Ce n’est pas une attitude stupide car en fait cela leur permet de disposer d’une technologie fiable et éprouvée. Dans les années 90, ce procès était déjà de rigueur devant la faiblesse de l’équipement informatique des ménages. En fait lorsque la France s’est équipée, elle l’a fait avec des PC multimédia plus facilement connectable à internet. Pour ma part, je pense que l’équipement adsl sera rapidement atteint en revanche il est encore temps de penser à l’après et d’accélérer l’équipement en Ultra Haut débit.

 

Mettre l'accent sur le recyclage des PC.

S'inscrivant dans la tendance écolo du moment, Renaissance Numérique mise, par ailleurs, sur le recyclage des PC. «Sur cent ordinateurs jetés par les particuliers et le secteur public ou privé, 50% peuvent être reconditionnés et revendus à un prix d'environ 99 euros», souligne Christophe Parcot, directeur général de Yahoo France. Diverses associations travaillent déjà en ce sens, mais les patrons français proposent de créer une «journée PC Don», pour sensibiliser les Français. Ils estiment que 1,8 million de foyers par an pourraient être équipés par ce biais.

 

Voici une mesure très originale rapide et peu coûteuse à mettre en œuvre. L’économie solidaire pourrait y trouver un rôle efficace d’intégration des citoyens isolés. Les grands groupes de distribution comme FNAC avec les filiales Surcouf et Conforama ainsi que DARTY pourraient être des acteurs efficaces de ce recyclage. Ils pourraient se constituer en GIE, c’est très rapide à mettre en œuvre.

 

Suite logique de ce programme, la formation aux nouvelles technologies: d'une part  dans les entreprises, les TPE en particuliers; d'autre part à l'école et à l'université. Dans ce domaine, la plupart des mesures avancées reprennent des initiatives existantes, et prévoient simplement leur extension. Le club de réflexion envisage ainsi de former les élèves dès le primaire, car désormais «il faut savoir se servir d'un ordinateur et d'Internet, en plus de savoir lire et écrire».

 

Vous connaissez mon point de vue à cette analyse, on n’apprend pas l’informatique, on s’en sert cela n’est pas pareil. L’usage en classe de logiciels de traitement de texte, de tableur, l’allègement des livres scolaires au profit de la recherche documentaire numérique, le travail collaboratif en groupeware, la généralisation de la communication numérique entre élèves et enseignants sont des pistes à explorer et à développer.

 

Un ministre des nouvelles technologies ?

Autre revendication de poids, déjà en cours de réalisation: «développer des partenariats public/privé pour permettre la couverture en haut débit des zones économiquement non rentables». L'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe) a justement rappelé récemment que la France se distinguait dans le paysage européen par «l'ampleur des initiatives des collectivités territoriales», en la matière.

 

Il est illusoire de penser que l’équipement numérique des régions isolées va relancer leur économie au moment même ou la poste ferme des bureaux. Dans les années 2000, il était de bon ton d’imaginer le télétravail et le travail à la campagne. 10 ans après, comme des moules sur leur piquet, les agences de com et les entreprises de technologies s’agglutinent dans le 92, quel exploit !

 

Les patrons de l'Internet aimeraient qu'une évaluation des initiatives soit réalisée pour mettre en lumière les exemples à suivre. Ils réclament par ailleurs la multiplication des bornes Wi-Fi dans les lieux publics, à l'image du projet Paris Ville Numérique.

 

Mais quel est l’intérêt de ces « patrons » du net à voir se multiplier les internautes ? Même si je milite aussi de mon coté pour une large diffusion, je crains de ne pas avoir les mêmes raisons. Je pense que ce qui est visé dans cette démarche est l’augmentation du nombre de consommateurs en ligne. Si le nombre de consommateur en ligne augmente, est ce par création de nouvelles richesses ? Ou par le simple transfert d’une consommation physique vers une consommation virtuelle ? En période de tension sur les salaires, de faible pouvoir d’achat, de vieillissement de la population, ce pari est risqué. En revanche, l’aide à la création d’entreprise dans les TIC s’est tarie avec l’explosion de la bulle Internet en 2000, c’est certainement cette piste là qu’il faudra développer dans l’avenir.

 

Le coût total de l'ensemble de leurs propositions, chiffré par Renaissance Numérique, paraît peu réaliste: environ 100 millions d'euros.

Dernière analogie avec le pacte écologique: comme Nicolas Hulot, le club de réflexion demande la nomination d'un ministre dédié à leur secteur, nommé auprès du Premier ministre. Il serait chargé de coordonner l'action publique pour le développement de la société de l'information. «Le taux de croissance de notre pays pourrait augmenter de plus de 1% par an s'il investissait plus dans les NTIC. Ce sujet doit donc être traité comme une priorité nationale», conclut Renaissance Numérique.

 

La belle affaire, depuis quand en France, la nomination d’un ministre permet la résolution d’un problème ? Depuis Laurent Fabius et le Plan informatique pour tous en 1985, chaque gouvernement a nommé son « Monsieur nouvelle technologie ». Le dernier en date fut Laurent Sorbier qui sous le gouvernement Raffarin fut nommé Conseiller technique en charge de la société de l'information et des télécommunications au Cabinet du Premier Ministre (2002-2005). Monsieur Laurent Sorbier fut certes un garçon très sympathique mais voyez-vous, après des dizaines de colloques, de séminaires, de petits déjeuner presse, de buffets dînatoires, de voyages d'études, de frais de représentation, de rapports remis et non lus, le bilan est nul et nous avons encore perdu 5 ans.

 

Le club Renaissance Numérique rassemble entre autres: Mats Carduner, DG de Google France et Europe du Sud - Christophe Parcot, DG de Yahoo France - Catherine Barba, présidente de CashStore - Marie-Christine Levet, présidente de Club-Internet - Yseulys Costesn présidente de 1000Mercis - Pierre Kosciusko-Morizet, PDG de Price-Minister - Jean Marc Steffann, directeur des portails d'Orange - Benoît Cassaigne, directeur du département Internet et téléphonie mobile de Médiamétrie -Jérôme Adam, maître de conférence à l'IEP Paris - Christine Balagué, maître de conférence à l'université des sciences et technologie de Lille1.

 

Autre grande surprise à la lecture de la composition de ce club au demeurant très respectable, comment des représentants de grands groupes privés comme Google, Yahoo, Orange, en appellent-ils encore à l’aide l’état français ? Alors qu’il serait plus simple de demander à Orange d’accélérer le dégroupage, d’exiger des hébergeurs comme NOOS ou ALICE de mieux traiter leurs clients, de demander aux éditeurs de logiciels de ne faire qu’une licence et de demander aux fabricants américains d’ordinateurs de ne pas surcoter de 30% leurs prix en Europe. Chacun à son niveau peut permettre une diffusion du net et des usages sans passer par la puissance publique. Si chacun de ces grands dirigeants convertissaient une partie des sommes consacrées à la publicité, en matériels pour les écoles, en dotations et en formations pour les personnes âgées, cela améliorerait le paysage numérique français sans alourdir les déficits. C’est aussi cela être une entreprise citoyenne…

 

Pour conclure, le sentiment que j’ai eu à la lecture de ce livre blanc, est qu'il a été écrit en 2002 et que les rédacteurs ont encore une vision trop orientée informatique et ordinateur. La révolution numérique que vivent les Français est peuplée d’objets communicants, nomades, leur permettant d’être créatif. Les NTIC ont depuis longtemps perdus leur N, désormais il faut intégrer tous les objets numériques, appareils photo, lecteurs mp3, mobiles, console de jeux vidéos, ordinateurs portables, qui constituent les vecteurs d’une nouvelle culture.

 

Quelques sources pour éclairer le débat :

Source : Médiamétrie, mars 2005

La France est le pays qui a enregistré la deuxième plus forte croissance du taux d'équipement des foyers en haut débit en 2004 : + 94%. Elle se place désormais au 3 ème rang du classement européen en matière de taux d'équipement haut débit et a rattrapé, en même temps que le prix de l'ADSL a fondu, son retard sur ses voisins anglais et allemands.


Enquête 2005-2006 de BNP Paribas Lease Group.   (25/01/2006)

89 % des PME françaises sont connectées en haut débit Si les PME-PMI hexagonales se distinguent par un taux de pénétration élevé de l'Internet rapide, elles sont en retard en matière de sites Web, révèle l'enquête.

Si 2005 reste une année de belles performances en termes d'évolution des TIC dans les petites structures entrepreneuriales françaises, une ombre subsiste tout de même au tableau : les PME hexagonales accusent un net retard en matière de détention d'un site Web. En 2002, 52 % des PME interrogées disposaient d'un site Internet. C'est toujours le cas trois ans plus tard. La détention d'un site stagne en fonction de la taille salariale : 46 % pour les PME de moins de 20 salariés, 61 % de 21 à 49 salariés, et 80 % pour les 100 à 200 salariés. Un constat d'autant plus désolant que parmi les entreprises disposant d'un site Web en France, 42 % ont effectué des ventes, directement ou indirectement, par ce biais en 2005, contre 34 % en 2004. En comparaison, 82 % des PME allemandes disposent d'un site Web, 77 % des PME italiennes et britanniques, et 65 % des PME espagnoles.


PC : l’Europe devant les Etats-Unis
Posté 09.10.2006 à par Christophe Laporte
D’après une étude réalisée pour la Commission européenne, le taux d’équipement des foyers européens en PC est supérieur à celui des Américains. L’année dernière, 72 millions de ménages européens avaient un PC chez eux, contre 67 millions aux États-Unis. En 1997, l’écart était de dix millions en faveur des États-Unis. En France, le taux d’équipement constaté (57 %) est légèrement au-dessus de la moyenne. Concernant l’accès à Internet, la France est dans une situation paradoxale. L’hexagone est dans le ventre mou avec 40 % des foyers qui ont un accès à Internet. Par contre, elle est en très bonne position en ce qui concerne le haut débit avec un taux d’équipement de 34 % soit 11 points de plus que la moyenne européenne. De plus, elle est en tête en matière de Wi-fi. Un ménage sur deux qui est relié à Internet avec une ligne haut débit, dispose d’un routeur sans fil.

 

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Coup de Gueule
commenter cet article
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 11:00

Le matin au réveil, vous allumez votre téléviseur, ils sont déjà là. A l'heure du repas, ils vous poursuivent, à la télé, la radio et le soir au journal de 20 heures, ils hantent votre petit écran. Attention les gourous du Net sont de retour.  Vous les pensiez dissous avec l'éclatement de la bulle Internet ?  Vous les imaginiez, ridiculisés et grotesques après l'effondrement des start-up ? Vous les rêviez déchus après l'explosion en vol de Jean-marie Messier ? Il n'en est rien. Si les Pierre Chappaz*, Chine Lanzmann*, Oriane Garcia*, Jeff Besos* ou Laurent Sorbier*, n'envahissent plus jours et nuits les médias comme dans les années 2000, ils ont été remplacés par de nouvelles têtes au discours tout aussi fantasque*. Le nouveau cheval de bataille du gourou du Net: le Blog.

232082695_437ccf5638.jpg

Qu'est ce qu'un gourou ?


Vous et moi pourrions être gourou, en fait surtout vous car je n'ai pas ce talent sauf auprès de mes étudiants et encore. Le gourou est une personne physique dont le discours est de nature à émouvoir et intriguer les foules. Le gourou est celui qui guide la pensée officielle et qui par le verbe manipule les foules avec un discours qui s'avère souvent fantaisiste plusieurs années après. La pensée du gourou est souvent sectaire et volontairement réductrice et caricaturale pour être écouté par le plus grand nombre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gourou

Lemeur03.jpg

Comment devient-on gourou du Net ?


Pour être Gourou du Net, il faut impérativement sortir d'une grande école. Le gourou est souvent issu de Sciences « Po » ou de HEC, au pire de l'IAE. De là à dire que ces écoles sont des nids à gourous est un peu exagéré, en revanche l'on peut remarquer que ces écoles faisant grande considération de l'apparence plus que de l'intelligence, il n'y a pas de hasard. Ainsi ne recrute-t on pas de gourous chez les ingénieurs et encore moins en études agronomiques. Le gourou est élevé à la ville, beau quartier, limite Neuilly. Le gourou de banlieue est très rare ou alors il porte un autre nom.

Lemeur02.jpg

A quoi sert un gourou du Net ?


Objectivement à rien, mais officiellement, à beaucoup de gens. C'est un alibi de pensée condensée. Il est le phare de notre modernité et apparaît puis disparaît selon les humeurs. Si une nouvelle technologie apparaît immédiatement une nuée de gourous éclot. Gourous du podcast, gourou des NTIC, gourou des nano sciences, gourous du Net, gourou du blog etc etc etc. Nous ne parlons pas ici du gourou religieux, ni du gourou escroc. Si certaines pratiques sont proches, la démarche est différente et notre consentement de citoyen est entier, parfois même jusqu'à l'écoeurement. Le gourou est donc là pour nous aider pauvres ignorants que nous sommes à mieux comprendre le monde qui nous entoure.

Lemeur01.jpg

Comment reconnaître un gourou du Net ?


Le gourou du Net n'est jamais en costard cravate, pour être crédible il doit avoir l'air décontracté comme sortant du lit. Pour lui il est formellement interdit de rentrer sa chemise dans le pantalon ou de porter des mocassins à glands. La chemise de lin est parfaite, élégante et froissée. Le gourou se déplace en scooter, c'est plus chic et plus tendance. Il se démarque ainsi du politique qui roule en voiture officielle et du peuple qui prend le métro. Le gourou du Net n'est pas modeste, il parle de lui avec permanence et insistance, livrant avec générosité toutes ses glorieuses interventions dans d'obscurs séminaires. D'ailleurs chaque phrase d'un gourou du Net commence invariablement par la conférence qu'il vient de quitter ou la conférence où il sera invité. Un jour à New york, le lendemain à Londres ou Davos, le gourou du Net court la planète des gourous. Le gourou ne va jamais à Lamotte-beuvron sauf si un colloque international sur l'Internet et la choucroute, est organisé.

Lemeur04.jpg

Pourquoi les médias aiment les gourous du Net ?


 

Le gourou présente toujours bien, de bonne famille, il aura un langage châtié et audible. Le gourou étant en permanence décontracté, il ravira les plateaux de télévision à toute heure de la journée. Le gourou est capable dans toutes les situations, d'exposer ses théories les plus simplistes avec enthousiasme, joie et gaieté. Le gourou du Net a beaucoup de relations dans la presse, les médias et les politiques. Le rêve secret du gourou est de devenir un jour « Conseiller spécial » quelques chose dans un gouvernement, comme en son temps nous avons eu « Monsieur Moto » ou « Monsieur Nouvelles technologies », le gourou du Net rêve d'être « Monsieur Blog » après les élections de 2007. Le gourou est stupéfiant par sa clairvoyance et sa capacité à ce projeter dans un avenir très lointain.

Lemeur05.jpg

De quoi vit un gourou du Net ?


Etre gourou du Net est un vrai business à plein temps. Le gourou se fait payer pour être présent lors d'une conférence, il écrit des livres dédicacés et vendus dans des séminaires, et le must est d'organiser lui-même son propre colloque et d'inviter d'autres amis gourous. En dehors de cela le gourou peut avoir une entreprise dont la valeur ne dépendra pas de sa rentabilité mais exclusivement du temps de passage du gourou à la télé. D'ailleurs, le gourou se flatte très souvent d'avoir créé bon nombre d'entreprises toutes revendues très très chères. De temps en temps il peut donner des cours dans de prestigieuses universités surtout californiennes, car personne ne viendra vérifier la validité de ses dires. La consultance auprès des grands de ce monde procure également de nombreuses sources de revenus au gourou. Le cercle économique du gourou est vertueux. Il doit se positionner sur un créneau à peine émergeant puis par des phrases bien pensées, un soupçon polémiques, il amorce la pompe des médias.

Lemeur06.jpg

Son premier passage télé doit être particulièrement réussi. Il doit être percutant et convaincant, il doit inspirer confiance dans un discours ciselé alternant phrases creuses et poncifs bien pensants. Si le premier passage est concluant le gourou sera réinvité. Ensuite le gourou fera le siège de toutes les entreprises organisatrices de colloques, séminaires, symposiums et autres conventions. Là, il exposera ses idées pompeusement intitulées théories. Le livre ou le blog écrit dans la foulée sera l'occasion de séances de dédicaces et d'invitations sur les plateaux de télé. La machine est en marche et rien ne viendra plus arrêter le gourou jusqu'à sa rencontre avec un ministre ou le président de la République en personne. A ce moment, le gourou est officiellement intronisé au titre de gourou officiel. Il ne restera plus au gourou qu'à se projeter dans l'avenir intersidéral en organisant les futurs congrès du millénaire. Seul le gourou sait comment faire du fric dans son secteur, les autres continuent à jouer au loto.

Lemeur07.jpg

Quelles sont les qualités requises pour être Gourou ?


En premier lieu, le maniement du verbe et l'éloquence, viennent ensuite le physique et le carnet d'adresses. Rien d'autre n'est nécessaire ni indispensable puisque le discours même du gourou n'est pas scientifique et ne s'appuie sur rien de vérifiable. D'ailleurs le discours d'un gourou change avec le temps. Le gourou fait la morale, lui seul sait ce qui est bien pour nous tous, lui seul sait pour qui voter. Le gourou ne se trompe jamais et sait parfaitement suivre le succès des autres. Le gourou s'est autoproclamé spécialiste de son domaine.

Lemeur08.jpg

Est-ce que Loic Lemeur est un gourou du Net ?


Je dirai même plus, avec lui est arrivé le nouveau gourou. Destin fabuleux de celui qui incarne à lui seul et à ses propres yeux tout le Blog français. Il est talentueux, il a le verbe facile, il présente bien, il a un avis sur tout, il peut même être reçu par Nicolas Sarkozy sur un simple email. Mais que dit ce garçon en dehors de banalités ? Rien ou pas grand chose. C'est le néant, lui seul semble avoir découvert les vertus du Blog, il en parle d'ailleurs comme s'il avait créé lui-même toute cette technologie. Pour vous convaincre de son statut de gourou du Net, il suffit de remplacer le mot gourou par son nom dans l'ensemble du texte et vous verrez que cela fonctionne à merveille...

Lemeur09.jpg

*Synonyme de fantasque

extravagant, farfelu, incohérent, biscornu, bizarre, excentrique, inégal, instable, versatile, lunatique, capricieux, changeant, fantaisiste, original, inconstant.

 

*Oriane Garcia Cofondatrice de Caramail et le Lokace

*Pierre Chappaz fondateur de Kelkoo

*Jeff Besos fondateur de Amazon

*Chine Lanzmann fondatrice du portail féminin Newsfam

*Laurent Sorbier Conseiller technique en charge de la société de l'information et des télécommunications au Cabinet du Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin (2002-2005)

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Coup de Gueule
commenter cet article
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 13:06

Arrivée au pied de la Tour Eiffel, émeute sur les Champs Elysées, la Playstation III après tout le monde est enfin là. Habit noir, haute technologie, tarif élitiste, elle a tout pour faire jouer et faire parler. Que le temps passe vite affalé dans son canapé à jouer, jouer, jouer… sans dormir à grignoter à jouer…

 

Le jeu vidéo est un phénomène de masse. Le graphisme est séduisant, l’immersion est troublante et la sophistication technologique est enivrante. Alors comme tout phénomène de société il connaît ses passionnés, ses détracteurs, ses sociologues, ses colloques, ses articles de presse, ses reportages télés et ses artistes.


Arrêtons nous un instant sur 3 évènements qui placent Poitiers au cœur du jeu vidéo. Tout d’abord une initiative originale et créative dans le cadre de l’exposition « Playtime » chez nos amis de RURART. Cette exposition marque le début d’un printemps virtuel, interactif et ludique.


http://www.rurart.org

 

Une poule sur un mur
qui picore du pain dur
Picoti picota
lève la queue et puis s'en va

Article paru dans le Libération du Vendredi 23 mars 2007

Cette comptine enfantine raisonne dans nos têtes et l’installation numérique imaginée par 3 artistes nous plonge dans l’univers surréaliste et fantastique d’une basse cours numérique. Ce détournement audacieux et écologique nous est proposé par le collectif d’artistes Fur et Kolkoz.


Ces poules virtuelles picorent et caquettent sans s’entrechoquer tout en se multipliant à l’infinie pour vivre en direct le syndrome du « Dissolve pixel » dans la saturation mémoire de l’ordinateur. C’est délicieusement anti conformiste…

Pour répondre à la question : Les jeux vidéos rendent-ils accro ? se tiendra à l’espace Mendès France une série de tables rondes animées par Emmanuel Forsans, (directeur de l'Agence Française pour le Jeu Vidéo). Nous aurons l’occasion d’en reparler dans un article plus important dans ces colonnes car vous connaissez ma passion pour ce sujet et surtout mon point de vue un peu à contre courant.

http://www.afjv.com/

 

Enfin du 7 au 9 Avril 2007 se tiendront  au Palais des Congrès du Futuroscope les « GAMERS ASSEMBLY 2007 »


Ce Festival des Jeux Vidéo du Futuroscope est incontournable pour les 1000 passionnés de France et d'Europe qui vont s’y affronter du 7 au 9 avril 2007.

http://www.gamers-assembly.net/

 

Et bien jouez maintenant…

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Actualité
commenter cet article
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 12:57

A plusieurs reprises lors de mes cours, j’ai fait l’aveu honteux d’être un tueur de mascottes. Je vous ai souvent sentis dubitatifs et intrigués par cette pulsion de mort à l’encontre de ces petits personnages familiers. A chaque fois, que j’ai relaté des cas concrets de gestion d’un site Internet ou d’un intranet par une mascotte, vous aviez semblés surpris et très perplexes quant à l’opportunité d’une telle bestiole dans un intranet.

Pour vous convaincre, laissez-moi vous présenter Archibald, né en grande pompe le jour de la Saint Valentin. Oui chers étudiants, il existe encore des entreprises qui en 2007, pensent qu’une mascotte peut servir à guider les utilisateurs d’un site.



A l’heure de l’explosion de l’usage du net dans les foyers, à l’heure ou commander un Cd, faire développer ses photos, préparer ses vacances ou créer son blog ne nécessite nullement l’aide d’une mascotte, la même personne qui visite les forums et « podcast » à tout va, retourne à l’âge de pierre du numérique, une fois franchie la porte de son entreprise.

Que s’est-il passé ? Historiquement la mascotte est plutôt sympathique, chargée de symboliser une institution, une équipe de foot ou une entreprise. Même si certains costumes sont franchement ridicules, on aime bien ces êtres improbables. La mascotte la plus célèbre reste sans doute Ronald de la Chaîne de Restaurant MacDonald.


La désaffection pour cette marque ne l’a pas épargné, il se retrouve régulièrement décapité, immolé ou volé. Très fréquentes dans les pays Anglo-Saxons, les Français ont eux aussi connus leur mascotte : Footix qui avec élégance alliait le ridicule à la défaite.

Le sport et le « food » (le secteur alimentaire) sont habitués aux mascottes de tout poil. Une activité aussi sérieuse et d’avant-garde que l’informatique, nous avait jusque là épargné. Microsoft n’a pas de mascotte, même si le petit trombone facétieux du « Pack 0ffice » peut être rangé dans cette catégorie tant l’envie de l’étriper en public est forte. Pour contrebalancer la froideur cynique de Microsoft; Linux, son principal rival, su séduire avec Tux le manchot.

Les débuts de l’interactivité sur un ordinateur furent très laborieux. En effet apprentissage et diffusion allant de pair, il était difficile de tout comprendre d’une interface et bien souvent certains eurent recours par facilité et lâcheté à un substitut numérique. A nouvelle technique, nouvelle appellation. Cette fois exit la mascotte, faites place à l’avatar. La peluche s’est faite virtuelle, animée, interactive, ludique et conviviale. En réalité elle était là pour masquer le manque d’imagination de la conception et surtout les graves défaillances ergonomiques du projet. Car en effet si l’usage est clair et l’interface réfléchie, alors point besoin d’un avatar !

Surtout qu’il y a un contresens dans ce terme. Un avatar est une représentation virtuelle de soi-même et pas une interface de communication. Cela fait vraiment longtemps que l’humain n’a plus besoin d’une interface humanisée pour rentrer en communication avec autrui, mail, chat, forum sont là pour le prouver.

Complètement ringardisée aux yeux du grand public, la mascotte numérique hante encore l’intranet. A cela plusieurs raisons : en France l’intranet est encore trop synonyme de « flicage interne » et pas de plateforme collaborative. Son usage et sa diffusion sont donc très délicats. Une direction qui met en place un tel outil prend beaucoup de risques car il en va souvent de l’efficacité de l’entreprise. Ainsi comment motiver des salariés d’un grand groupe à utiliser les outils internes et l’intranet ? Comment prouver l’efficacité ? Comment convaincre de la pertinence du partage d’informations ? Comment fédérer les usagers de l’intranet ? Autant de questions que la présence d’une mascotte ne résout nullement. L’acceptation de l’intranet passera plus efficacement par la formation, par l’ergonomie intuitive et par l’émulation que par Archibald.


Imaginons donc un instant que l’intranet d’une entreprise nécessite réellement un avatar pour faciliter sa compréhension et son utilisation. Mais dans ce cas, pourquoi choisir de telles créatures ? Pourquoi prendre des personnages ringards au graphisme suranné, au dessin lisse et vide de sens ?

On pourrait prendre ces pantins pour des agents intelligents, comme dans cet exemple très parlant :

http://www.oddcast.com/home/demos/tts/frameset.php?frame1=talk

Mais il n’en est rien. L’animation est répétitive et fatigante, sans garantir à aucun moment la réponse adaptée et pertinente. Toutes les études et enquêtes que j’ai pu réaliser auprès des utilisateurs sont impitoyables. En premier lieu, la mascotte véhicule une image puérile et bêtifiante. En effet par son graphisme enfantin et désuet, les utilisateurs adultes ne se reconnaissent pas. Le discours souvent lénifiant de la bestiole, rebute le public cible qui a franchement l’impression d’être pris pour un benêt.


Plus grave encore la présence décalée d’un personnage illustré au surnom ridicule a tendance à dégrader le contenu expertisé et validé d’un site ou d’un intranet. Comment prendre au sérieux un contenu qui vous est servi par un pantin numérique ?

Enfin les commanditaires et concepteurs de ces mascottes sous-estiment la lassitude des adultes provoquée par l’apparition intempestive des Flora, Tim, Archi, Crik, Kiny, Foxy et autres Woolala. Certainement une des raisons du désintérêt de l’objet.


Ces mascottes numériques sont affligeantes lorsque l’on pense que les utilisateurs vont devoir les supporter plusieurs années dans leur environnement de travail. Chaque jour, ils seront salués, guidés par des substituts humanoïdes désincarnés et froids. Cela vous plairait-il chaque matin en allumant votre ordinateur de tomber nez à nez avec Footix ? Des centaines de salariés en France sont obligés de vivre avec des centaines d’Archibald. On ne sera pas surpris ensuite du manque d’intérêt dans les grands groupes industriels pour l’intranet.

Ces agences de communication, promoteurs de mascottes, manquent cruellement d’imagination et de culture numérique. On est en effet très loin du Doudou monstre de l'artiste allemand Boris Hoppek, alias Forty dans la pub Corsa, et encore plus loin de l’universalité tendre de Hello Kitty créé par la styliste Ikuko Shimizu pour Sanrio. Je fais appel à vous qui êtes encore étudiant pour vous ouvrir au « Pixel Art » et autres tendances graphiques des années 2000.

Pour en finir une fois pour toute avec ces mascottes, je vous en conjure: il se trouvera toujours une agence ou une direction de la communication qui trouvera « géniale, ludique et conviviale » la dite bestiole. Alors argumentez, discutez et prouvez son inefficacité, sa laideur, sa bêtise. Surtout investissez du temps dans l’ergonomie et la conception du site ou de l’intranet. Souvenez-vous toujours que Google, Amazon, la SNCF, la FNAC, TF1, Le Monde interactif, LCL, Apple, eMule, Skyblog, Allociné, Mypix, etc. n’ont pas besoins de mascotte pour fonctionner.


Pour en savoir plus sur les fabricants de mascottes

http://www.mascottes.com

http://www.cantoche.com

Pour en savoir plus sur la nouvelle scène graphique Française

http://www.lezilus.com/

Les illustrations proviennent des sites officiels des marques concernées.

Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Coup de Gueule
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 12:48

Bien chers tous,

Les extraits du débat que j'ai eu avec le sociologue Philippe Breton, sont publiés dans le Télérama hors série "égalité" sous le titre "des souris et des profs"...


Bonne lecture...
Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Actualité
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 11:00

Suffixe itude (du latin –itudo) désigne une qualité morale ou une action, un état psychologique pour être en condition de, en manière de…

 

 

 

Bravitude

 

Comportement d’une personne qui sollicite en permanence les bravos. En allant sur la Grande Muraille de Chine, Ségolène Royale a fait acte de bravitude.

 

 

 

Béatitude

 

Comportement qui consiste à suivre les gestes et les mimiques de Béa (Béatrice) vieille copine de promo à l’ENA. L’actrice française Valérie Lemercier s’est spécialisée dans les films traitant de la béatitude.

 

 

 

Vacuitude

 

Mot formé de Vacuum (mot d’origine Anglaise voulant dire aspirer, Vacuum Cleaner étant l’aspirateur) qui donna « vaquer » en vieux Français. Désigne l’action de passer l’aspirateur en se promenant. Se dit également d’une personne dont l’esprit est totalement vide, comme aspiré. Ainsi peut on dire que la chanteuse Eve Angéli, est la reine de la vacuitude.

 

 

 

Bouffitude

 

Action morale contraignante qui désigne la manière dont une personne se rend au fastfood pour le déjeuner.

 

 

 

Branchitude

 

Désigne l’état dans lequel se met une personne, désespérément accroché à la branche de son arbre comme le bobo est attaché à son 4x4. Par extension se dit également de personnes attachées à leurs privilèges petits bourgeois. BHL en épousant Arielle Dombasle n’a pas sacrifié sa branchitude.

 

 

 

Bifitude

 

Se dit de l’action de manger un yaourt. Lorsque l’ingestion du yaourt se fait debout en se déplaçant alors on qualifiera cette action de bifitude active.

 

 

 

Francitude

 

Etat mental des personnes convertissant encore l’Euro en Francs ou en anciens Francs.

 

 

 

Disciplitude

 

Action volontaire d’être disciple contre la volonté du maître. Ce n’est plus le maître qui choisit ses disciples mais par un état de disciplitude, les disciples choisissent le maître. Ainsi peut on dire que Johnny Hallyday, Pascal Sevran, Steeve Boulay, Loic Le Meur, Doc Gyneco, Douste Blazy font acte de disciplitude en soutenant Nicolas Sarkozy.

 

 

 

Décrépitude

 

Terme technique à l’art capillaire désignant l’action de décrêper le chignon. Etre en état de décrépitude, désigne la femme ayant subit un décrêpage capillaire. Bernadette Chirac est en état permanent de décrépitude.

 

 

 

Vicissitude

 

Contraction de la locution latine, Vini Vidi Vici. (Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu). Désigne ainsi l’action de maturité, attachée à l’expérience exprimant ainsi la sagesse de l’homme qui connu les vicissitudes de la vie.

 

 

 

Platitude

 

Action de passer les plats. Concerne la nomination à titre honorifique pour un soutien ou un service rendu en dehors de toute compétence ou de talent. Jacques Chirac a fait acte de platitude en proposant la nomination de Jean-Louis Debré au conseil constitutionnel. Nicolas Sarkozy a fait acte de platitude en nommant Alain Juppé au Ministère de l'Ecologie.

 

 

 

Bretonnitude

 

Se dit d’une personne en osmose avec la culture Bretonne et donc en état de faire des crêpes, toute seule.

 

Craintitude
 

Persuasion morale qui consiste à faire peur aux enfants en les menaçant de les priver de leur Nitendo DS. « Ca craint grave, mon vieux m’a mis en état de craintitude »

 

 

 

Gratitude

 

Action qui consiste à se gratter le bout du nez lors d’une cérémonie officielle.

 

 

 

Lassitude

Etat psychologique dans lequel se trouve un lecteur à l’issue de la lecture pénible d’un contenu emprunt de vacuitude.
Repost 0
Publié par eric Leguay - dans Coup de Gueule
commenter cet article