Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 09:49
Le Web Documentaire Fort Mc Money

Le Web Documentaire Fort Mc Money

En 2013, le journaliste réalisateur David Dufresne, proposait un Web documentaire destiné à faire prendre conscience à la manière d'une enquête interactive et ludique des enjeux de la surexploitation des gisements de sables bitumineux. « Fort McMoney » une ville imaginaire du Canada, s'inspirait plus que largement et au delà du jeu de mot de la ville de Fort Mc Murray, devenu en quelques années à la fois un eldorado économique mais aussi le plus grand désastre écologique du continent nord américain. Ce jeu à contenu intelligent a fait prendre conscience des risques écologiques Très largement primé, il a également permis une prise de conscience planétaire et ralenti voir stoppé la recherche dans le domaine des sables bitumineux, et autres gaz de schistes. en France.

Fort Mc Murray aujourd'hui

Fort Mc Murray aujourd'hui

Depuis quelques jours, nos écrans de télévisions sont inondés d'images catastrophistes du plus grand incendie que connaît l'Alberta. Fort McMurray comme un pied de nez ressurgit dans l'actualité la plus brûlante. Cause ou effet, ces incendies incontrôlables sont entrain de rayer de la carte cette ville champignon de 100 000 habitants, centre du renouveau économique du Canada. Dans Fort McMoney, le joueur devait choisir entre développement économique et pollution, ou chômage et écologie. Les événements récents montrent que la folie de l'Homme et/ou la nature en ont décidé : ce ne sera ni l'un ni l'autre. L’équivalent d'un quart de la superficie de la France a été sacrifié au nom du Roi Dollars, causant des dégâts irréversibles. Les analyses les plus anxiogènes échafaudées dans Fort McMoney sous une forme gamifiée se révèlent bien en deçà de la réalité. Quand le jeu peut également avoir une portée politique et développer une conscience humaniste.

Bienvenue à Fort Mc Murray

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 19:49
École buissonnière...

« Donne-moi ta main et prends la mienne, la cloche a sonné ça signifie, la rue est à nous que la joie vienne, mais oui mais oui l'école est finie. Nous irons danser ce soir peut-être, ou bien chahuter tous entre amis, rien que d'y penser j'en perds la tête, mais oui mais oui l'école est finie ». Sheila ringardisée avait bien raison, c'est la fin des cours, fin de l'année universitaire, retour sur une année chargée, entre Paris, Poitiers, Angoulême, Bruxelles, Casablanca. 6 Universités ou écoles supérieures, 12 promotions de Master, soit plus de 200 étudiants, qui m'ont écouté et ont dévorés mes chouquettes du vendredi matin. Au final et en résumé c'est aussi le plaisir partagé de les retrouver lors d'une GA, une WebNight, où sur un dancefloor pour une session de Mix Tape « École buissonnière ». Quand un étudiant au détour d'une conversation, vous demande ce que vous écoutez dans votre Casque rouge « Beats By Dre », et que vous répondez de la House et des MixTape sur SoundCloud, les regards s'illuminent avec une immense fierté de le retrouver en DJ talentueux pour une soirée enfiévrée. A bon entendeur, salut !

 

http://bonentendeur.com/#le-prestige

 

La vidéo de la soirée

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 09:31
42 une école au décor acidulé

42 une école au décor acidulé

En partant du précepte que la réponse à la grande question sur la vie, l'univers et le reste est : 42, il devenait indispensable à Xavier Niel et Nicolas Sadirac d'en fonder une école qui porterait ce nom. École est même un peu désuet et décalé si l'on songe un instant que cet établissement gratuit n'a pas de professeurs, pas de cours, pas de notes, qu'il est ouvert 24h/24h, 7j/7j et qu'il est admissible sans diplômes, ni prérequis, à la juste conditions de ressortir en vie de la « piscine ». Voilà de quoi bouleverser et décontenancer le PEF (Paysage éducatif français). Dans le monde numérique, cela n'est pas incongru, voir presque naturel, quand la pédagogie est gamifiée et l'apprentissage se fait en « peer-to-peer » avec l'aide de tutos.

On vote tous pour 42

On vote tous pour 42

C'était donc, un bon moyen pour mes étudiants de l'IPAG qui m'accompagnaient dans cette visite que de faire l'analyse comparée avec un modèle plus classique. Si le lieu est en pleine mutation urbaine avec la construction du futur Palais de justice, l'école 42 dénote avec son maillage métallique façon cage de faraday, accolée à une école primaire de brique rouge, vestige architectural des années 30. Le contraste est saisissant entre ces 2 modèles, et je pense que les élèves du groupe scolaire voisin, rêvent d'y entrer un jour. Quand on pense à la polémique suscité rien qu'en évoquant la suppression des notes, on est encore très loin de la généralisation de ce modèle. Ce qui frappe en entrant, est la profusion d’œuvres d'art contemporaines, de peintures murales et de moyens de transports autosuffisant comme cet arbre à skates et ces trottinettes de compétition.

Clin d'oeil décalé permanent

Clin d'oeil décalé permanent

L'ambiance y semble Californienne, sans contraintes, avec une immense liberté de circulation, de comportement et d’habillement. Le jacuzzi sur le toit dont l'accès est réservé aux meilleurs et à ceux ayant collectés suffisamment de points, accentue ce coté californien de la porte de Clichy. L'établissement est garanti 100% Geek, et moins de 14% de Geekettes, comme quoi avec un immense regret, le numérique n'est toujours pas une voie d'émancipation pour les filles. Pourtant strictement plus rien de justifie cette surreprésentation masculine dans ce domaine d'activité qui a très largement évolué depuis les années 2000. Pourtant l'école fait des efforts, car elle est là pour former les futurs développeurs de notre futur numérique. L'ambiance de travail est studieuse, concentrée et collaborative. C'est l'autonomie et l'autoévaluation qui sert ici de modèle pédagogique, le tout supervisé par une équipe très réduite de coachs (25).

Mur végétal dans une profusion de pixels

Mur végétal dans une profusion de pixels

Le recrutement très particulier dit de la « piscine » est celui qui fait le plus débat. En effet les jeunes recrus potentiels sont soumis pendant 4 semaines à un entraînement et une succession d'épreuves façon « télé réalité » et « stage commando » pour atteindre pour les survivants le saint Graal. Ce système peut apparaître violent, déstabilisant, mais au final permet de retenir les plus talentueux et les plus motivés, garantissant ainsi à l'école un recrutement de bon niveau et surtout une occasion rêvée de buzz gratuit. Il est fort à parier que de très nombreux étudiants d'école d'ingé font l'exercice de la piscine, juste pour voir, s'évaluer et se tester. Même si l'école revendique aucun diplôme, ni pré requis pour s’inscrire, un léger sondage auprès des étudiants présents et futur « commandeur » prouvent qu'ils ont tous le bac voir plus.

Les serviettes sèchent de retour de la piscine

Les serviettes sèchent de retour de la piscine

Mes étudiants de l'IPAG sont revenus enchantés de cette visite, avec pleins d'idées à mettre en pratique rapidement, comme la gamification des cours, l'auto-évaluation ou l'évaluation collaborative, la disparition des notes au profit de leviers à déverrouiller, la pédagogie inversée etc etc et le rêve ultime reste l'accès au jacuzzi. La pédagogie mérite d'être bouleversée pour s’adapter aux exigences du numérique et aux nouveaux usages. Je me souviens qu'en 1995 un établissement avait suscité la même attractivité pédagogique de rupture : la « Fac Pasqua » avait à l'époque de très grandes ambitions d'intégration, d’excellence, et d'ouverture avant de s'effondrer dans les affres mafieux des Hauts de Seine. Reconnaissons qu'ici, le politique a été très sagement écarté de tout processus de création, de gestion et de validation. 42 est bien une réponse à la grande question sur la vie numérique.

Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42
Ambiance 42

Ambiance 42

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 15:18
La Canopée

La Canopée

Paris est un ventre, le ventre de la France, le ventre du Monde avec ses Halles modernes en dentelle de fer. Les Halles Baltard, sont construits en 1863 dans une ville nourricière et protectrice pour ses habitants. Ici la ville grouille, s'enivre, s'encanaille, se livre. Il est 5 heures Paris s'éveille, sur un monde à la Zola, un ruisseau de sang provenant des halles, du gris, des ouvriers, des forts des Halles laborieux et joyeux, révoltés avec de la gouaille et du verbe. Ici l'on y boit et l'on parle le Louchébem. C'est un Paris qui fricote avec la Bourgeoise, tout en délestant le Bourgeois rue de la grande truanderie, à l'heure de la soupe à l'oignon, à l'heure des rats. De ce Paris ventre, il n'en reste plus rien, à peine une plaque, même plus un bistrot, ni un accent faubourien.

Artifice de la ville artificielle

Artifice de la ville artificielle

Paris est le nombril du Monde, en cette Belle époque, insouciante et libre, créatrice d'avant guerre, la grande, la dévastatrice. Paris s'expose, c'est le centre du Monde, la Ville Lumière. Elle brille de tout ses feux, elle rayonne de ses milliers d'artistes venus y vivre la vie de bohème, la liberté de ton offert par cette République puissante et respectée. Paris est une Reine avec sa Grande Dame de Fer, la tour Eiffel. C'est à cette époque que Paris est la plus belle, la plus séduisante et la plus enviée . On y court dans ces grands magasins, temple du bon goût et de la mode, au Bon Marché, ou à la Samaritaine, on y découvre la mode, les chapeaux, les frivolités et l'on paie avec les bons de la semeuse. Paris ne fait plus la mode, ici la mode s’appelle ZARA et H&M, bas de gamme, fabriquée sans style et de mauvaise qualité, par des ouvrières sous payées du Bangladesh.

Paris a mis une culotte

Paris a mis une culotte

Paris est un trou du cul, mondaine et dédaigneuse, elle se pense encore le centre du monde quand elle n'est plus qu'une banlieue de Londres et de Berlin. En 1960, tout est mini, tout est petit et étriqué, les grands ensembles on définitivement chassés les ouvriers du centre de la ville. La voiture est reine, les voies sur berges entaillent la cité. Paris peut commencer avec efficacité son travail de sape, de gentrification. Dehors les pauvres, les ouvriers, les étudiants, les râleurs, les prolos, les syndicalistes, les éboueurs. Paris ne veut plus de vous, ou seulement de passage, ou le soir, la nuit, dans les souterrains du Métro. Une plage sur ses quais pour amuser les beaux enfants de Bobos venus glaner l'air frais entre une expo et un marché bio, voilà l'idée. Pour les mollets rien de mieux que le Vélib de l'ami Decaux puis l'autoLib de l'ami Bolloré.

La maquette façon culotte de Bridget Jones

La maquette façon culotte de Bridget Jones

Paris est une chatte, une catin offerte à tous les supplices. C'est un trou béant défigurant son centre pendant 10 ans, avant que de nouveau les coup de bulldozer ne viennent chatouiller son clitoris frigide. Le quartier est délabré, vide, puant et squatté, laissé à l'abandon et à l'imagination des promoteurs immobiliers de l'ère Pompidou. Comment combler ce vagin dillaté et putride ? Comment combler cette vieille femme trop fardée ? Comment donner l'illusion d'une modernité face au Centre Pompidou, nouvellement inauguré ? Comment gagner un max de fric sur le dos de cette nouvelle classe moyenne avide de consommation ? Comme un parapluie, en 1979 un centre commercial, cheap et bas de gamme sera construit à grand renfort de béton et d'acier enterrant encore un peu plus les banlieusards dans une ville au climat tempéré.

Inside la Canopée qui judicieusement laisse passer la pluie

Inside la Canopée qui judicieusement laisse passer la pluie

Paris est un égout qui reflue chaque jours, ces milliers de banlieusards qui ne pourront jamais venir vivre à Paris. La gentrification planifiée depuis 30 ans engendre une explosion des loyers. Ils sont ainsi des milliers chaque jours à s'entasser dans des ReR usés, à errer dans cette station « Châtelet les Halles, Station balnéaire, mais où y a pas la mer ». Le ReR invention française qui consiste à faire transiter dans les pires conditions, des travailleurs le plus loin possible tout en les canalisant, avec comme seule sortie possible ce trou vomissant. Alors la banlieue, c'est invitée à ce grand banquet mercantile, en errant à son tour dans les allées de ce « Forum des Halles » sans pouvoir y consommer. Elle y entraîne cette jeunesse désœuvrée, ces Zy'va du 9-3, espérant un jour y décrocher un emploi précaire dans une boutique SFR tout en continuant à dealer.

Chantier pharaonique

Chantier pharaonique

Paris est un siphon, celui du grand Paris, qui absorbe une banlieue toujours plus lointaine et de plus en plus pauvre. Le politique a plus d'un tour dans son sac, vous ne pouvez pas habiter à Paris ? Qu'importe avec le Grand Paris vous garderez votre ReR tout pourri mais vous serez fier d'habiter ici. D'un coup de baguette magique, dépassée par Londres, Paris c'est offert une virginité. Plus qu'une fracture sociale, il s'agit bien d'une « ségrégation » organisée, veillant à laisser le plus loin possible le travailleur immigré, le pauvre, le jeune, l'ouvrier, si possible au nord, loin très loin. Le ReR ne permettant pas de sortir la nuit à Paris, l'honneur et la tranquillité du Néo Parisien est sauvée, garanti sans accent faubourien. Sans être Smart, la ville accueille désormais plus de start-up que de jeunes couples.

Vidéo du site en construction et en comblement d'un trou

Paris est un trou, qui vient de se refermer sur une cicatrice trop longtemps ouverte aux intempéries. En ce 5 avril 2016, le nouveau Forum des Halles est inauguré. Pour reboucher l'inavouable et le raté, Paris a choisi d'enfiler une culotte façon Bridget Jones. D'un jaune pisseux, sans élégance, ni charme, cette culotte de plomb, vient définitivement combler se qui restait de vie et de parfum sulfureux dans ce quartier dévasté et maudit. Le ReR continuera à déverser ces milliers de banlieusards dans des rames toujours en panne, avec en prime la visite guidée d'un centre commercial garanti 100% Luxe Free, le tout pour 1 milliard d'Euros. Le touriste n'ose pas s'y aventurer, les guides Chinois déconseillent vivement aux touristes d'emprunter le ReR B et A et surtout d'aller dans ce centre commercial aux produits Chinois. Pour amuser le Zy'va, un centre Hip Hop est inauguré, quand ce dernier n'est déjà plus à la mode. Rendez vous dans 10 ans quand par vieillissement prématuré, la cicatrice s'entrouvrira, laissant échapper le pus trop longtemps retenu.

C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?

C'était comment avant ?

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 17:18
24H - 7 équipes - 3 projets - 1 invité

24H - 7 équipes - 3 projets - 1 invité

Depuis 2004, le Master Web Editorial de l'Université de Poitiers organise son hackathon ; la Webnight. Le défi pour les équipes d’étudiants de M1 M2 est de réaliser un site web sur un thème imposé en 24 heures. Il s’agit à la fois d’un événement festif marquant la fin de la période des cours, et d’un véritable défi collectif. Chaque année le jury accueille une ou plusieurs personnalités extérieures en relation avec le thème.

La Team FERRANDI

La Team FERRANDI

Pour cette douzième édition, celle de 2016, c'est l'école FERRANDI, qui fut conviée à nous rejoindre et nous assister pour ces 24 heures numériques. 7 équipes en compétition et une équipe dédiée communication vont donc s'affronter pour au final proposer le meilleur projet. Ce projet est toujours récompensé.

Team au travail

Team au travail

Dans ses valises, l'équipe FERANDI est venue avec 3 projets d'étudiants Bachelor, en pleine création de concepts de restauration. Trois projets 7 équipes, de quoi s'affronter intelligemment et diversifier l’offre. L’objectif est de répondre a une commande client, avec un proposition et une offre cohérente et imaginative tout en y intégrant les standards actuels du Web. Les porteurs de projet coté FERRANDI ont pu communiquer avec les équipes afin d'affiner et de coller aux exigences des projets.

WebNight tentations
WebNight tentations
WebNight tentations
WebNight tentations

WebNight tentations

24 heures de production, à 5 personnes par équipes correspondent à une semaine de capacité de production. Le temps apparemment réduit n'est donc pas la contrainte la plus forte, la fatigue, la cohésion du groupe, les tentations extérieures et les kilos de bonbons sont les vrais obstacles à surmonter.

Le concept AUPARAGER

Le concept AUPARAGER

Le premier concept «Auparager» qui signifie "anoblir" en vieux français, est une Start Up qui se positionne sur le marché de la street food. Auparager propose dans un food-truck, des plats gastronomiques et des produits finis à base de produits de récupération et/ou abimés, afin d'éviter le gaspillage. 2 équipes ont choisi ce projet.

Concept La Caillerie

Concept La Caillerie

La Caillerie, second projet, est un restaurant intimiste, situé à la butte aux cailles, qui travaille la caille et ses abattis, afin de confectionner des amuses-bouche et des plats « signature » au gré des saisons. 3 équipes ont choisi ce projet.

Concept WoodFood

Concept WoodFood

WoodFood est le dernier concept, basé à Metz dans le cœur historique, ce restaurant bistronomique propose de redécouvrir les produits forestiers et les gibiers de la région.

Le Top départ est donné à 10H et le lendemain à 11H, les équipes présentent leur offre web ainsi qu'un plan de communication numérique et les voies d'amélioration. C'est le projet autour de la Caillerie qui a retenu toute l'attention du jury, avec une mention spéciale sur son ouverture sur le quartier, son art de vivre et sa culture. L'équipe féminine a proposé un nouveau logo ainsi qu'une interface auto adaptative avec une pointe rétro et arty.

Retrouvez cette WebNight en photo, sur les réseaux sociaux, sur la page de la formation et auprès des étudiants. Une nouvelle année universitaire s'achève, une nouvelle édition de la WebNight se prépare avec une nouvelle organisation, un nouveau timing, de nouveaux défis et toujours de prestigieux invités. Bonne chance aux étudiants pour leurs stages et leur vie professionnelle future.

Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016
Choses vues durant la WebNight 2016

Choses vues durant la WebNight 2016

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 11:51

Lancement de la WebNight

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 20:59
24H pour réaliser un site Web

24H pour réaliser un site Web

Lundi 4 avril 10h au Mardi 5 Avril 11h, retrouvez les étudiants M1 et M2 du Master Web Editorial de Poitiers pour la WebNight; le hackathon annuel avec pour mission la réalisation d'un site Web en 24H...

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 09:22
La GA c'est  2 grands Halls, les arènes, 20 000 visiteurs et près de 2 000 joueurs

La GA c'est 2 grands Halls, les arènes, 20 000 visiteurs et près de 2 000 joueurs

Une édition 2016 de la Gamers Assembly de Poitiers, placée sous le signe de la Famille. Les jeux « Mainstream » et les grandes Team ont fait de cet événement, un moment incontournable de la saison, et les joueurs se déplacent par milliers. Le jeu attire également toute les générations et toute la famille. Ce week-end Pascal a donc vu pour la première fois, ce mélange qui paraissaient il y a encore peu de temps improbable, de jeunes enfants, d’adolescents, de parents et grands parents. Seule la GA pouvait réaliser cet exploit de mixité sociale et générationnelle. Ici point de jugement, ni de préjugés, tout le monde est accueilli pour fêter le jeu vidéo et les loisirs numériques. Cela fonctionne et tout ce monde varié, se mélange, joue, discute et vibre devant les grands tournois.

TEAM

TEAM

Le militantisme des joueurs et l’opiniâtreté de certains élus de la République a enfin vaincu les réticences et l’obscurantisme qui planaient sur cette pratique populaire et conviviale qu'est le e-sport. La cérémonie inaugurale, c'est ouverte sur une intervention d'Axelle Lemaire annonçant une proposition de loi visant à autoriser et encadrer la pratique du e-sport. La Loi va faire sortir cette pratique de l'illégalité reconnaissant ainsi cette discipline comme une discipline sportive. Ce ne sera plus le ministre de l'intérieur qui sera en charge de ces manifestations comme pour la gestion des casinos et des jeux d'argent mais bien, le ministre des sports. La bataille menée par les joueurs et les organisateurs aura eu raison des « Morano », « Polony » et « Manaudou » qui profitant de leur notoriété ont perdues la guerre, en affirmant tout et son contraire.

Humour de Geek

Humour de Geek

Ainsi donc, ce week-end aura été la consécration de ce loisirs familial où se retrouvent grands et petits, parents et grands parents. Je me répète ? Oui car l'originalité de cette GA est à signaler, inscrivant la manifestation dans la durée et la diversité. Plébiscité par le public et soutenu par la municipalité, Poitiers Capital du jeu vidéo, sonne en effet très bien aux oreilles des passionnés que nous sommes. Il fut donc légitime et naturel d'y croiser dans l'espace famille, à coté des tournois sur consoles, les petits débrouillards, Rurart et le rétrogaming de MO5. Cela n'enleva en rien la ferveur des joueurs autour des grands tournois, ni l'effervescence des passionnés à la rencontre de leurs idoles Kayane ou Gen1us par exemple. Quel plaisir donc de voir ces enfants jouer en toute quiétude, accompagné par des parents emballés, surpris de découvrir qu'il était encore possible de jouer passé 80 ans.

Loisirs créatif

Loisirs créatif

La foule a crié Raymonde, le public scandait Robert, les Silver Geek tenaient en halène la grande salle, dans un combat titanesque de bowling sur la Wii. Les seniors jouent, ils sont même de plus en plus nombreux avec leurs petits enfants ou dans dans les maisons de retraite pour se maintenir en forme ainsi. Les Mamies connectées leur emboîtent le pas, pour affirmer leur intégration complète dans notre société numérique. Cet esprit de compétence et ce plaisir intellectuel se découvre également très jeune, et Minecraft, jeu « bac à sable » est devenu la plate-forme la plus plébiscité par les 8-12 ans, surtout si l'on peut imprimer en 3D ses réalisations. Il est là, le secret du loisirs numérique : avoir réussi la fusion du loisirs créatif avec le loisirs vidéo-ludique. Le jeu vidéo est une culture, un engagement, une immersion dans des mondes recréés et réinventés. Peuplés de monstres, d’assassins et de jolies princesses, il donne à découvrir une cosmogonie variée et haute en couleurs.

Silver Geek

Silver Geek

Ils ne se déguisent pas, ils ne se griment pas, ils sont ces personnages, ils incarnent un rôle dans ce « jeu de rôle grandeur nature ». Ces personnages fascinent, forcent l’admiration et font briller les yeux des jeunes enfants. Quel autre loisir a pu ainsi développer une telle variété et un tel enthousiasme de Cosplayer ? Quelques films de cinéma ? Quelques romans ? Quelques séries Tv ? Mais pas autant et jamais avec autant de diversité et de passion. Cet univers est tellement vibrant, que chaque enfant porte dans son cœur l'envie un jour d'être lui aussi créateur de jeux. « Game Designer » comme ils aiment à dire, malgré le discours inquisiteur et mal informé de l'ONISEP. Alors accompagnés de leurs parents, ils viennent écouter les vieux routiers du jeu, comme moi, expliquer combien les métiers sont diversifiés mais combien cela est compliqué. CNAM-ENJMIN seule école publique délivrant un diplôme de Master de l'Université de Poitiers, est le creuset d'une génération de développeurs, de créateurs, designers, infographistes, metteurs en son, répartis sur toute la planète du jeu, et grand créateurs de studios.

Assassin's creed

Assassin's creed

Dans ce grand vaisseau amiral (il se reconnaîtra), que représente les arènes, j'ai cette année en plus de mes étudiants du CNAM-ENJMIN, embarqué avec moi, des étudiants de toutes les promotions où j'enseigne la culture numérique et la gamification. Du Master Marketing Digital à l'IPAG, du Master Conseil éditorial de Sorbonne, et du Master Web éditorial de Poitiers, ils ont efficacement buzzés, réseautés, publiés online pour faire vivre l’événement au dehors de ses murs. Cette édition 2k16, malgré quelques couacs inhérent à une organisation gérée par des bénévoles, fut une grande réussite, confirmant le lancement de la GA comme un événement incontournable et régulier. A l'année prochaine, si les orgas veulent encore de moi...

La TEAM CM

La TEAM CM

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 09:44
Bruxelles ma belle...

Bruxelles ma belle
Je te rejoins bientôt aussitôt que Paris me trahit
Et je sens que son amour aigrit
Et puis
Elle me soupçonne d'être avec toi le soir
Je reconnais c'est vrai tous les soirs dans ma tête
C'est la fête des anciens combattants d'une guerre
Qui est toujours à faire

Bruxelles attends-moi j'arrive
Bientôt je prends
La dérive

Chansons Bruxelles - Dick Annegarn

Je n'étais pas à Bruxelles ce jour, mais comme beaucoup je suis en deuil en pensant à mes amis, à Bruxelles, à la Belgique. Bruxelles est une ville magnifique, avec des gens adorables, plein d’humour et de tendresse avec une certaine nonchalance de vie. Je fais confiance aux Belges pour surmonter cette épreuve avec beaucoup d'autodérision et de surréalisme. En Hommage à cette ville, voici quelques vues que j'ai glané, lors de mes passages, pour vous la faire découvrir et aimer, pour vous inciter à y retourner. Comme les Belges meurtris, comme le Manneken-Pis, je pisse moi aussi sur les fanatiques, les terroristes et les fondamentalistes de tout poils.

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 16:56
La Team Poitiers des étudiants Master Web éditorial

La Team Poitiers des étudiants Master Web éditorial

Pâques, très tôt dans la saison, approche avec son odeur du chocolat et l'apparition des premiers lapins. S'approche également à grands pas, la Gamers Assembly de Poitiers. La plus grande Messe du jeu vidéo va ouvrir ses deux grands halls et son arène pour accueillir des milliers de joueurs et les centaines de passionnés de manettes et de claviers. Comme chaque années depuis 2007, je vais suivre de très près cet événement incontournable de la planète numérique avec pleins de surprises.

L'espace Famille - "Familles Digitales" pour ne pas dire numériques

L'espace Famille - "Familles Digitales" pour ne pas dire numériques

Au programme, l'animation d'une conférence sur les métiers du jeu-vidéo, dans le tout nouvel espace famille. L'occasion de débattre avec mes amis et collègues, du sujet des métiers dans le jeu vidéo et leur diffusion de plus en plus large dans le reste des activités du fait de la gamification.

Animateur télé à la GA, demandez moi...

Animateur télé à la GA, demandez moi...

Autre nouveauté, cette année, j'embarque dans l'aventure, en plus des étudiants du CNAM-ENJMIN, une douzaine d’étudiants, provenant du Master Web éditorial de Poitiers, du Master Conseil éditorial de Paris Sorbonne IV et du Master Marketing Digital de l'IPAG. Leur mission, en plus de me supporter, de ne pas dormir, de faire à pieds plusieurs kilomètres, de ne pas jouer, de se nourrir de Pizzas, sera d'assurer le « Community Management » de l’événement et de créer le buzz. Alors restez en ligne sur les réseaux sociaux, car vous pourrez éteindre votre téléviseur pour enfin aller jouer.

THE teaser...

Le site de la Gamers Assembly

http://www.gamers-assembly.net/fr

 

Mon premier article de la GA 2007

http://ericleguay.over-blog.fr/article-10135289.html

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 09:20
Programme des conférences
Programme des conférences

Programme des conférences

Une belle entrée en matière

Une belle entrée en matière

Ce fut une grande première pour moi de découvrir une LAN en dehors du continent, en Corse et Ajaccio plus particulièrement. Pour cette seconde édition, des 24Hde+ du jeu vidéo, le succès et l'affluence étaient au rendez-vous. Il faut être honnête, il ne se passe pas grand chose d'envergure sur l’île de beauté et concernant le jeu vidéo c'est un peu Waterloo « morne plaine ». Les choses sont entrain de se réparer, grâce à la volonté et l’opiniâtreté d'Isabelle FERRACCI , directrice du Centre du Sport et de la Jeunesse de Corse mais également de ses équipes, de l'association Nustrale Gaming et du cyber Cafe eSport Art & Fact. Je retrouvais donc les sensations maintes fois éprouvées d'une LAN en grand devenir avec l'enthousiasme et la ferveur des bénévoles et des joueurs. Deux grandes salles du gymnase sont donc mises à disposition des joueurs, avec une salle avec un dance-floor dédiée à Just Dance.

Aperçus
Aperçus
Aperçus
Aperçus

Aperçus

La volonté première des organisateurs est de proposer un événement grand public et familial qui s'ouvre sur toutes les formes et pratiques du jeu vidéo. Ici les joueurs, Hardcores, les casuals comme les parents peuvent y trouver leur intérêt. Le concours de Cosplay est également un élément d'attractivité très fort et je dois reconnaître que les participants m'ont vraiment bluffés dans la qualité de leurs prestations. S'y ajoutait également un FabLab et une succession d'ateliers créatifs autour de la passion du jeu et de la culture Japonaise. Manger des Sushis en Corse lors de mon arrivée fut une expérience explosive. La venue des « Stars » du jeu comme Kayane, Dina et Mamytwink, fut très appréciée, permettant aux jeunes joueurs d'approcher avec sympathie et décontraction, leurs idoles. Ce fut d'ailleurs un moment sympathique pour moi de discuter enfin avec Dina, moi qui n'arrive jamais à la suivre durant la PGW.

Les "Stars" présentes et accessibles
Les "Stars" présentes et accessibles

Les "Stars" présentes et accessibles

Un bilan plus que très positif, avec des joueurs heureux, des visages épanouis sur une ouverture d'esprit très forte et responsable. Saluons l'excellente initiative de laisser accessible, les jeux PEGI 16 et PEGI 18 aux joueurs mineurs accompagnés de leurs parents pour que ceux-ci puissent réellement voir à quoi ressemblent ces jeux, s'ils conviennent à leurs enfants en favorisant l'échange et la discussion dans la famille. C'est également ce que j'ai essayé modestement d'apporter lors de mes conférences, concernant les pratiques des joueurs et les potentiels professionnels du jeu-vidéo. Au final, en plus de la grande fierté pour moi de pouvoir enfin dire que dans la communauté des joueurs, j'ai des amis Corses, cette étape fut un enchantement, me préparant ainsi à affronter prochainement la GA de Poitiers, qui elle aussi démarra tout aussi modestement.

Ici aussi parfois les Licornes sont fatiguées
Ici aussi parfois les Licornes sont fatiguées

Ici aussi parfois les Licornes sont fatiguées

24H de Plus

http://www.csjc.eu/24h/

Centre du Sport et de la Jeunesse de Corse

http://www.csjc.eu/v3/

Nustrale Gaming

https://www.youtube.com/watch?v=MVF9BgYJXHQ

 

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 16:21
L'apport du Web dans le processus de création numérique

L'apport du Web dans le processus de création numérique

Une conférence placée sous le signe du doigt. Ce doigt en faux ami du Digital qui en français ne veut pas dire numérique, mais que la bien bien-pensance des incultes nous fait passer pour du Smartglais. Ce doigt réprobateur, désignant les « réfusés » qui exposèrent en 1863, Le Déjeuner sur l'herbe, d'Édouard Manet , So Shocking. Ce doigt qui nous montre le chemin comme dans Amélie Poulain « Monsieur, quand le doigt montre le ciel, l’imbécile regarde le doigt ». Le doigt génial et créatif, d'Andy Wharol, dessinant du bout de sa souris des œuvres Pop. Le doigt que nous cliquons en permanence, sur les réseaux sociaux pour dire j'aime et parfois j'aime pas, « pouce » dont César fit une sculpture monumentale. Doigt dans l’œil, de cet art clinquant, californien à la Jeff Koons qui puique et nous va si bien. Doigt d’honneur de l'artiste Banksy, qui dit Merde à notre société en se voulant subversif, sur les murs de nos cités. Enfin doigt du proctologue qui vous le mettra bien profond quand Google vous parlera ART-Project.

Images de la conférence... A cliquer
Images de la conférence... A cliquer
Images de la conférence... A cliquer

Images de la conférence... A cliquer

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 16:26
Brexit or not Brexit that is the question

In ? or Out ? Voici la question qui divise notre voisin d’outre-manche, le peuple de Grande-Bretagne. Comment sortir de quelques chose quand on n'y est jamais vraiment rentré ? Comment vouloir quitter des alliés, sans jamais les avoir considéré comme des alliés ? Comment reprendre son indépendance quand on à farouchement conserver son insularité ? Comment reprendre son dû quand on a toujours chichement aidé ses voisins ? Comment être exigeant vis à vis de ses partenaires quand on en fait soi même qu'à sa tête ? Comment regarder le continent, quand ses intérêts son outre-atlantique ? Comment se désintégrer quand on est pas encore intégré ? Comment reprocher aux autres leur puissance, quand soi même on en est plus une ? Comment garder sa conduite, sa city, ses sujets, son thé, sa langue, sa livre, sa Reine, quand le reste de l'Europe propose un autre modèle ? Voici le dilemme bien étrange et décalé auquel se livre la très perfide Albion.

Brexit or not Brexit that is the question

Should I stay or should I go ? Avant de courrir au Clash, l'Europe se regarde le nombril, pour savoir et décider, s'il serait bon de conserver ce voisin si entêté et conservateur, si indépendant et égoïste, qu'à la fin, on se demande ce qui depuis 1973 nous unifiait ? Malgré l'inauguration du Tunnel sous la manche le 6 mai 1994, par les deux souverains dont un Républicains, tout nous sépare et rien ne nous rapproche. Les premiers ministres du 10 Downing Street, on pris l'Europe, soit pour une cafétéria d'un marché unique dont la frontière s’arrêterait à Calais, soit pour un paillasson repoussoir et jouer avec les eurosceptiques à chaque élection. Les bras de fer de la Dame de Fer, ont lassés l’Europe et cette menace de Brexit est un peu le « Cloud of milk » de trop, d'une tasse de thé bouillante qui déborde.

Brexit or not Brexit that is the question

Le jour même de l'annonce d'un accord de papier entre les belligérants d'une guerre d'usure larvée, décédait Umberto Eco, sans doute le plus cultivé, le plus érudit, des auteurs Italiens contemporains, le plus européen aussi. Nous pleurons cet homme là, cette vision de l'Europe humaniste et fraternelle, cet engagement citoyen et libre, cette grandeur d'âme beaucoup plus forte que ces égoïsmes nationaux, ces discussions de boutiquiers. « Addio Umberto » qui fut par son amour du Moyen-age, celui qui nous fera encore plus apprécier la Renaissance, ou France et Italie étaient à deux doigts de fusionner. Notre chemin est tracé, l'Europe devra se fédérer sur son socle commun d’humanité, de solidarité et de liberté. La force de l'Europe sera peut être de revenir à ses fondamentaux, ceux de Victor Hugo et de Beethoven, cette Europe des pères fondateurs : les États Unis d'Europe.

Brexit or not Brexit that is the question

Pendant cela et malgré d'inacceptables concessions pour obtenir un statut spécial, le peuple britannique devra se rendre aux urnes le 23 juin prochain pour décider de son destin. Pays démocratique par excellence, le peuple britannique a les clefs en main. Après tout, les autres peuples européens pourraient tout aussi légitimement voter le 23 juin pour décider du maintien ou non de la Grande Bretagne dans l'espace Européen. Là je ne suis pas certain que le OUI l'emporte. Coté français, après le « French Bashing » que nous subissions en silence depuis tant d'années, je crois bien que je militerai pour l'exclusion, proposant la naturalisation immédiate des Britanniques résidant en France, l'abandon de l'Anglais au profit de l'Américain à l'école, le rétablissement de la frontière à Douvres et tout un tas de petites mesquineries dont nous autres peuple de France avons le secret.

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 22:24
La Team SMART 4L - Guillaume au volant

La Team SMART 4L - Guillaume au volant

A l'heure ou tout devient « SMART », des portables, aux villes, en passant par les boites, les tévés, les montres , les voitures et parfois les gens, il était donc tout à fait naturel, qu'une traversée du désert rende une doyenne de l'automobile française aussi SMART que les plus récents 4x4 et bolides. Alors vous vous demandez sûrement comment rendre « SMART » une 4L ?

En l'équipant numériquement ? Oui, certainement mais pas seulement, elle va vous faire vivre en direct la course du 4L Trophy. En la drivant intelligemment ? Oui, absolument, en mettant derrière son volant, deux étudiants de talent, fervent passionnés de numérique et accessoirement de rétro-mobile. En la stickant de derrière au devant ? Oui brillamment, en choisissant de très beaux sponsors, enthousiastes et solidaires. En la suivant et la géolocalisant ? Oui presque cela, en suivant leurs aventures sur le site dédié et en suivant les réseaux sociaux.

10 Question à la Team Smart 4L

Lucas et Guillaume se sont de bonne grâce prêtés au jeu de mes 10 questions en répondant spontanément sur leurs envies, leur connaissance du Maroc, leur engagement et leur passion d'aventure. Le dispositif pour rendre « SMART » leur 4L Savane de 1987 affichant 60 000 km au compteur et ayant déjà participé au 4L Trophy de 2014, est complet et innovant. Cette démarche s’insère dans un projet de fin d'étude universitaire du Web Master Éditorial de l'Université de Poitiers. La base de cette implication prend la forme d’un site responsive,  optimisé pour le référencement. Ensuite l'idée majeure est de fédérer une communauté sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram afin de créer l’interactivité et de la viralité par des contenus (vidéos, images, textes, jeux concours…) régulièrement mis à jour .

A chaque fois qu'un groupe d'étudiants vient m'annoncer sa participation au 4L Trophy, comme Guillaume de l'IPAG en 2013 dont le départ était le 14 février, je ne peux n’empêcher d'avoir un pincement au cœur et d'envier leur audace à participer à cette aventure. Je connais les paysages qu'ils vont traverser, je connais le Maroc, ses habitants, ses coutumes, ses paysages et c'est à chaque fois un immense plaisir que d'y retourner, parfois pour y voir d'autres étudiants tout aussi passionnant. Rapportez nous pleins de belles images, pleins de beaux témoignages, de sourires, d'échanges, d'expériences. Faites nous vibrer au son du 4 cylindre de votre 4L, faites nous rêver la tête par la portière, la tête dans les nuages et parfois la tête dans le sable. Encore une fois merci à vous deux de nous faire partager cette aventure humaine et solidaire...

 

http://smart-4l.fr/

http://www.4ltrophy.com/

http://ericleguay.over-blog.fr/article-4l-trophy-115355669.html

http://ericleguay.over-blog.fr/2015/03/efrei-campus-day.html

La SMART 4L durant la WebNight
La SMART 4L durant la WebNight
La SMART 4L durant la WebNight
La SMART 4L durant la WebNight

La SMART 4L durant la WebNight

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:19
Chez mon Libraire "Le Pinceraie"

Chez mon Libraire "Le Pinceraie"

En cette rentrée littéraire et à chaque période préélectorale, comme les marronniers, les hommes politiques français se sentent obligés d'écrire un livre que parfois, il n'ont même pas lu. Nous sommes une nation de papier capable de virer une Ministre qui ne lit pas mais qui encense des hommes d'état qui publient des livres qu'ils n'écrivent pas. Ils engluent les devantures des librairies avec des titres directement importés du Pays de OuiOui, pleins d'engagement, de professions de foi, de programmes économiques et de promesses de lois qu'ils ne tiendront pas. Ce manège dure depuis des lustres, depuis que, allez savoir pourquoi, « homme politique français» doit rimer avec « intellectuel ». Personne ne leur demande, personne n'attend cela d'eux, mais comme poussés par une « Insoutenable légèreté de l'être », ils se jettent tous sur une feuille de papier, qui n'avait rien demandé, pour nous narrer les aventures de « Zadig&Voltaire ».

Il y a 4 ans déjà

Il y a 4 ans déjà

Cela prête à rire ou à sourire, mais comme des moutons encartés, ils sont des milliers à se précipiter, pour dépenser 20 euros. Les uns vont y lire une prose de bazar, un engagement programmatique de hall de gare et les autres des aveux sincères et téléphonés, le tout imprimé sur un papier à gros caractères. Car voyez vous en 2016 comme en 2012, 2007, 2002 à l'heure des Twitos, des tutos, des réseaux sociaux, des tablettes et du bigdata, c'est sur du papier, que cette prose vide s'étale. C'est sans doute l'acte le moins démocratique et le moins écologiste qui soit. En faisant payer aujourd'hui des éléments de langage que l'on aurait pu écouter gratuitement à la télé, dans un meeting, ou pu lire tout aussi gratuitement en ligne, l'homme politique s'écarte volontairement et sciemment des millions de français qui ne le liront pas. « Pour savoir comment demain, comme aujourd'hui, je vais vous mentir ? Achetez mon livre », pourrait être le sous titre de tout ces ouvrages. Aussi vite lus, aussi vite oubliés, ils vont rejoindre par milliers les poubelles de l'histoire de France.

Ce que l'Histoire retiendra

Ce que l'Histoire retiendra

Les Américains, peuple autrement plus démocratique et intelligent, à la recherche d'efficacité permanente, s'épargne cette comédie. Personne n'attend le livre de Bill Clinton, Barack Obama, ou Donald Trump pour l'élire, nous !!! si. De leur culture de la communication avancée, nous avons retenu obsolescence programmée de cette littérature à durée de vie limitée. Nous utilisons les mêmes ficelles qu'Apple pour « gouroutiser » leurs auteurs, standardiser les messages pour intégrer la notion marketing super efficace du « don't ask why, just buy it ! *». Car dans ce « House of Cards » du « jeu grandeur nature », des scénaristes, des communicants, imaginent le meilleur « storytelling » pour flatter la ménagère de moins de 50 ans. Le tout, sans doute pour faire plaisir aux écolos sceptiques, sur du papier non recyclé qui partira au pilon l'été passé. Heureusement l'Histoire n'en retiendra rien, Patrick Modiano et la « La Princesse de Clèves » peuvent dormir tranquille. C'est au romanciers, aux pamphlétaires, aux philosophes, aux journalistes, aux humoristes et aux caricaturistes que l'on fera confiance pour nous narrer combien avec délectation chavira la France.

 

*Ne pose pas de questions, achète !

 

Il y a 4 ans déjà

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2012/03/10/Les-livres-politiques-ne-font-pas-recette

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 16:46
Appel muet avec mon Bi-Bop en classe de Sorbonne

Appel muet avec mon Bi-Bop en classe de Sorbonne

« Ce n'est pas une défaillance de votre ordinateur. N'essayez donc pas de régler Windows. Nous maîtrisons à présent toutes retransmissions. Nous contrôlons les horizontales... et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de sites web, ou dilater une simple image, jusqu'à lui donner la clarté du cristal, et même... au-delà. Nous pouvons modeler votre vision et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir ». Tout à commencé en 1993, lorsque France Télécom, encore plus bleu qu'Orange décidait de mettre à disposition du public, le premier « téléphone de poche pour zone d'appel public » : Le Bi-Bop 10 était né.

Lancement du Bi-Bop à Strasbourg

Avant l'apparition du GSM et 10 ans après le RadioCom 2000, France Télécom lançait à Strasbourg puis Paris et Lille, ce qui sera l'expérience la plus inutile et sans doute la plus ridicule de la téléphonie mobile. Inutile, car son exploitation commerciale ne sera que de 3 ans avant le déploiement du GSM en Europe et ridicule en ne proposant qu'un terminal qui permettait uniquement d'appeler. En fait l'idée qui germa dans la tête des ingénieurs, était de proposer une sorte de cabine portative personnelle et économique en plein boum des télécartes pour appeler ses proches sans être appelé, comme dans une cabine téléphonique (sauf à y attendre des heures, ou fixer un rdv téléphonique). Pour 2 000 francs (305 euros) le combiné, plus un abonnement mensuel de 50 francs (7 euros) et 85 centimes la minute (15 cts), l'on pouvait repartir avec l'objet le plus moderne, le plus hasardeux, et le plus étrange du moment. Il ne restait plus ensuite qu'à rechercher en l'air la borne disposant d'un sticker, puis se mettre en dessous pour enfin pouvoir téléphoner.

Mon Bi-Bop son manuel et sa dragonne

Mon Bi-Bop son manuel et sa dragonne

Ce premier objet exhibable de notre propre modernitude témoin de la mobilité urbaine, allait devenir un collector pour Geek. Par son concept unitaire, sa forme, son usage limité, sa faible diffusion (45 000 exemplaire), sa durée de vie commerciale, il est certain qu'il m'en fallait un. J'ai donc longtemps cherché sur IBAZAR avec Simone, puis ebay, puis AuBonCoin, un exemplaire hors service de ce Graal pour technophile. J'avais déjà dans mon musée des horreurs de l'obsolescence programmée , un minitel RTIC, une Bernouilli Box, un lecteur de ZIP, des dizaines de cartouches SyQuest de 44Mo de jeux et programmes en tout genre, un Apple IIc, un Mac SE, LC, Quadra, IIfx, un Sinclair ZX80, 6 ordinateurs et portables avec autant de versions iOS et Windows différentes, des modems, un lecteur SONY Minidisc, un DAT, une gamecube, un raton laveur mais pas de Bi-Bop... Il m'en fallait un.

Mon Bi-Bop dans les pommes..; (Humour de Geek)

Mon Bi-Bop dans les pommes..; (Humour de Geek)

« Cher Monsieur Leguay, je suis au regret de vous annoncer être dans l'incapacité totale de retrouver ce cher Bi-Bop. Et pour cause, ma mère, très attachée à l'évolution de la technologie, m'a dit qu'elle avait sûrement dû balancer cette "vieillerie" pendant son grand ménage du printemps dernier ». La lecture de ce mail, envoyé par une étudiante de Sorbonne, sonnait le glas de tout espoir de retrouver un jour un Bi-Bop. Tel est sans doute le destin des plus grandes inventions humaines, comme le Télécran, le Mange-Disque, le Balai Bissell, le Polaroid, les musicassettes et le V2000. J'étais pourtant fier en cours de faire découvrir à cette génération née après les années 90, ce Bi-Bop, fer de lance de la technologie française, que personne ne nous enviait. Après tant d'années infructueuses, tant de sollicitations auprès de mes étudiants, de mes amis, de ma famille, le sort, une fois de plus, s'acharnait, point de Bi-Bop en vue. C'était sans compter sur le Père Noël qui cette année me rapporta mon cadeau au-delà du réel.

 

http://ericleguay.over-blog.fr/2015/09/minitel.html

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 23:12
La place de Paris devant la porte de Brandebourg.

La place de Paris devant la porte de Brandebourg.

Les préjugés et clichés des français sur les allemands sont encore très nombreux et tenaces. Sans aller jusqu'à la germanophobie de Mélanchon, la méconnaissance de ce pays par mes compatriotes est totale. D'abord par le frein de la langue qui malgré le succès de Tokyo Hôtel n'a pas parfaitement percée chez nous, puis par l'afflux des touristes qui reste une denrée rare en Allemagne en regard de l'invasion estivale que connaît la France. Pour résumer, lorsque un français croise un allemand, c'est sur une plage de Vendée, lorsque un français parle de la culture allemande, c'est pour évoquer Derick, en résumant sa gastronomie aux saucisses. Pour compléter ce triste tableau teinté du complexe d'infériorité, lorsqu'un français parle foot, c'est pour reconnaître qu'à la fin c'est TOUJOURS l'Allemagne qui gagne.

Un intérieur de la DDR des années 60 avec Derick au programme

Un intérieur de la DDR des années 60 avec Derick au programme

Il y a potentiellement un élément de comparaison ou nous partons à égalité, c'est le déploiement du numérique. Nos expériences numériques sont comparables, le BildText moins répandu valait bien notre Minitel. Nos industries dans ce domaine sont équivalentes, Deutsche Telekom vaut bien ORANGE, et Safran vaut bien Siemens. Les taux d'équipement sont voisins et l'usage des technologies numériques est comparable. Le fossé se creuse, lorsque l’on compare la répartition géographique de la population Allemande à celle de la France. D'un coté, l'Allemagne décentralisée, connaît une répartition géographique équilibrée avec de grosses métropoles, ceci facilitant le déploiement du réseau numérique, en accélérant le e-commerce, par des distances courtes et des coûts de transports réduits entre métropoles. De notre coté une France hyper centralisatrice, hypertrophié en son cœur Parisien. Le déploiement du numérique sur le territoire est donc plus coûteux et le e-commerce désavantagé par de grandes distances à parcourir en zones dépeuplées.

"Call a bike" Le service de Vélib de Berlin accessible et utilisable partout

"Call a bike" Le service de Vélib de Berlin accessible et utilisable partout

Pourtant, lorsque les français souhaitent se comparer à un autre pays, si ce n'est pas par absence de modestie aux États Unis, c'est à la Grande Bretagne que l'on fait référence, notamment pour le « Digital ». Xavier Niel veut concurrencer la City avec la Halle Freyssinet. Anne Hidalgo croise régulièrement le fer avec Boris Johnson, Maire de Londres et grand inspirateur du " French Bashing ", pour maintenir une suprématie touristique et culturelle, quand celui des affaires est déjà perdu. Pourtant les choses et les enjeux changent. Depuis quelques années, je constate que de nombreux de mes étudiants, partent faire un stage en Allemagne et principalement à Berlin, que se soit dans le jeu vidéo ou le marketing digital en lieu et place de Londres. Ce qui frappe dans leur séjour Berlinois, est l'enthousiasme de leur découverte et l'enchantement de leur expérience. Parfois leur engouement est un peu naïf, l'attractivité de Berlin fonctionne à plein régime, même si elle n'est pas le cœur économique de l'Allemagne.

Micro City

Micro City

Au fil des années et très discrètement, Berlin est devenu la ville préférée des jeunes français, pour leurs études et leur stage. Ils sont déjà plus de 20 000 à s'être installé à Berlin. Ainsi selon SLATE, dans son classement annuel des villes les plus cools pour vivre et étudier, Berlin arrive 10ième alors que Paris est 20ième, quand Londres se réserve aux étudiants les plus riches. Est ce à dire que sans faire de bruit, Berlin est entrain de devenir une Smart City discrète ? séduisante ? Efficace ? Écolo ? Bon marché ? Cool quoi !!! J'ai profité de mon passage à Berlin en fin d'année pour regarder de près cet engouement. Il est vrai que la vie Berlinoise est plus détendue et moins stressante, que la qualité de vie est forte et que le style de vie est plus simple et moins chichiteux qu'ailleurs. La CurryWurst dégustée à 17h avec ses collègues de travail, est un bon indice de convivialité. Dans cette concurrence sur le numérique, l'attractivité, le dynamisme, et la qualité de vie, entre Paris, Londres et Berlin, Berlin pourrait bien enlever la mise.

Le service Drive Now

Le service Drive Now

Pour un Parisien, Berlin est un peu un rêve d'écolo sans Cécile Duflot. La ville entièrement détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale, et coupée en deux jusqu'en 1990, a profité de sa réunification, pour se réinventer, se reconstruire et s'imaginer en « Smart City » humaine et accessible. Berlin est redevenue la capitale de l'Allemagne réunifiée, et malgré ses 3,5 millions d'habitants, elle ressemble plus à une grosse ville de province comme Lyon, Barcelone ou Milan, qu'à une capitale. La ville est aérée, verte, paisible, bien équipée, active et cultivée, à taille humaine, avec une concentration urbaine réfléchie. Les loyers sont encore « bon marchés », très loin des délires inflationnistes de Londres et Paris. Les transports en communs sont nombreux, très efficaces, propres et fiables, aux antipodes du ReR francilien par exemple. Avec bonheur les Berlinois ne connaissent pas le concept RATP du voyageur malade.

Les rames du Metro UBahn décorées pour Noël

Les rames du Metro UBahn décorées pour Noël

La vie culturelle est intense et les grands Musées à grand coup de subventions Européennes sont refait à neuf, redonnant à Berlin sa splendeur artistique passée. Quelle autre capitale au monde a une Pariser Platz ? (Place de Paris), une Französische Straße ? (Rue française), des Galeries Lafayette ? et une Gendarmenmarkt Platz ?(Place du marché des Gendarmes). Berlin a donc des arguments pour séduire les parisiens entrepreneurs à la condition express qu'ils soient germanophones. Coté « Ville intelligente » des déplacements en ville, les Autolib « DriveNow » malheureusement très coûteus sont des BMW i3 électriques, le covoiturage est très largement répandu et les bornes de recharges sont visibles dans tous les quartiers. Coté gadget, on peut trouver des bancs lumineux sponsorisés qui s'éclairent lorsqu'on flashe le QR code. C'est complètement inutile, mais incitateur de l'utilisation des QR code, très nombreux en ville. Berlin désormais n'a plus peur de se comparer et de se présenter comme une vraie alternative crédible à Londres, en terme d'attractivité. Preuve supplémentaire de son dynamisme, l'entreprise Cisco et l'artiste dissident Chinois Ai Wei Wei se sont installés à Berlin.

Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin
Choses vues dans Berlin

Choses vues dans Berlin

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 08:41

David Bowie- Space Oddity Original Video (1969)

Au revoir Major Tom, ici la tour de contrôle, enfilez votre casque, vous nous avez quitté pour rejoindre dans une odyssée spatiale, les poussières d'étoile qui illuminèrent ma jeunesse. Dansez maintenant en chaussures rouge sans doute avec une jeune fille chinoise. Vous êtes au firmament, cendres redevenant cendres. Vous nous avez apporté la révolution, l'émancipation, le rêve, la pop de qualité quand ici nous souffrions de la médiocrité des Hallyday, Mathieu, Sheila... Ziggy va terriblement nous manquer, sa liberté, sa voix, ses costumes, son make-up. 10... 9... 8... 7...Vous voici parti découvrir la vie sur Mars 6... 5... 4... 3... 2... ici la planète terre est bleue et vous n'y pouvez plus rien...

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 09:42
Que de crimes commis au nom de Dieu...

Que de crimes commis au nom de Dieu...

Un an après, la rage au ventre, les larmes aux yeux, je reste CHARLIE. Je ne lisais pas ce journal, je n'ai jamais été fan de caricatures, ni de l'humour potache ou anti-clérical, je reste CHARLIE. Parce que l'on a pas le droit de mourir pour ses idées, pour son humour, pour un coup de crayon, je reste CHARLIE. Parce-que nous vivons dans un pays où la laïcité permet à chacun de vivre sa foi librement côte à côte, de ne pas croire ou de blasphémer, je reste CHARLIE. Parce-que notre pays a connu la Saint Barthélemy, la révocation de l'édit de Nantes, les guerres de Vendée et l'affaire Dreyfus, je reste CHARLIE. Parce-que dans un élan d'Universalisme nous avons hissé l'être suprême au dessus de tout, je reste CHARLIE. Parce-que nos humanistes ont montré la voie de la sagesse de l'émancipation, de la liberté de ton, d'expression, de vie, je reste CHARLIE. Parce-que nos philosophes des Lumières se sont confrontés aux obscurantismes de tous poils, je reste CHARLIE. Parce-que les scientifiques au péril de leurs vies, ont prouvés que la Terre n'était pas plate et que Dieu n'y était pas pour grand-chose dans l'évolution, je reste CHARLIE. Parce-que je crois profondément que la Femme est l'égale de l'Homme, je reste CHARLIE. Parce-que je suis libre de vivre et d'épouser qui je veux sans obéir à aucune morale, je reste CHARLIE. Parce-que je milite pour un numérique mondial, libre accessible et émancipateur, je reste CHARLIE. Parce-que notre état n'est plus soumis ni géré par une religion en particulier, je reste CHARLIE. Parce-que notre liberté, si durement acquise et compromise, emmerde les fanatiques, je reste CHARLIE. Parce-que tant de crimes sont commis au nom de Dieu, je reste CHARLIE. Parce que croire en « Raptor Jésus » est tout aussi crédible, plus fun et moins contraignant que de croire en Allah, Jésus, la vierge Marie et tous ses saints, je reste CHARLIE. Rien que pour le plaisir d'être un impie, un paria, un infidèle, un incroyant, un blasphémateur, je reste CHARLIE. Parce-que tout le monde est le bienvenu à ma table, je reste CHARLIE. Parce-que l'on a le droit de ne pas être CHARLIE, je reste CHARLIE.  Parce que je suis persuadé que Dieu est le plus grand joueur de jeux vidéo de tous les temps, je reste CHARLIE...

 

Un an après retour sur la manifestation de soutien à CHARLIE Janvier 2015

Ca c'est CHARLIE

L'album

http://ericleguay.over-blog.fr/album-2217919.html

Un MixTape Hommage sur Bon-entendeur

https://soundcloud.com/bon-entendeur-music/charlie

 

 

 

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 00:01
Frohes Neues Jahr 2016 aus Berlin

Je profite d'être à Berlin, pour vous envoyer une carte postale en guise de vœux de bonne année, et pour vous remercier de suivre mes aventures numériques. Que l'année 2016 soit plus douce et paisible, plus généreuse et ouverte, plus tolérante et amicale, plus créative et fructueuse, plus joyeuse et vivante, plus tempérée et froide que l'année 2015. Je formule le vœu d'écrire pour vous encore plus d’articles technologiques, sur les Smart-cities et le Grand Paris, les transports et la RATP, les communications et le Web, le design et l'architecture, les tendances et prospections utopiques, les humeurs et rages spatio-temporelles, du tout et de l'envie, du rien et de l'indispensable et de tout ce qui compose ma vie numérique. Bonne Année...

Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY
Photographies Eric LEGUAY

Photographies Eric LEGUAY

Ce post se poursuit par une balade architecturale dans Berlin...

http://ericleguay.over-blog.fr/balade-architecturale-a-berlin.html

Bonne découverte, des lieux et instants insolites...

Photographies Eric LEGUAY

 

 

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article