Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eric Leguay, ma vie numérique

Le présent n'est que le futur passé...

Que restera-t-il de nos années 20 ?

Quand la Défense se vide entre confinement et  télétravail

Quand la Défense se vide entre confinement et télétravail

Année folle que cette année 2020, centenaire d'autres années folles qui marquèrent la fin de l'effroyable première guerre mondiale. Envolées les garçonnes dans des Hispano-Suiza, la revue nègre de Joséphine Baker, le jazz de Sidney Bechet et le Charleston. Disparu le Paris Mondain et interlope, les halles de Paris, l'Art Déco et les surréalistes. Éteints les néons des grands boulevards, des cinémas et des Music-halls de Mistinguett et Maurice Chevalier. Fermés la Coupole et la Rotonde. Murés dans le silence les Anars de l'Union Anarchiste, les communistes et autres bolcheviques, fin de règne à la CGT.

Plus d'Espace en liberté

Plus d'Espace en liberté

Quand nous parlerons des années 20, nous penserons Didier Raoult et Agnès Buzyn, click and collect et Amazon, JuL et AyA Nakamura. Notre meilleur souvenir sera celui du confinement permanent et du télétravail en chausson, devant des écrans avec filtre. Masqués jusqu'aux oreilles nous pleurerons Kenzo Tagada et Pierre Cardin, à quoi bon s'habiller ?. Le cinéma redevenu muet ne fera même pas d'hommages à Michael Lonsdale et Sean Connery sur la musique d'Ennio Morricone. Michou ne nous fera plus voir à la vie en bleue, Annie Cordy n'est plus notre Tata Yoyo, et Anne Sylvestre se taira à jamais.

Les larmes déchirantes d'une retraitée en EHPAD france2 video

Les larmes déchirantes d'une retraitée en EHPAD france2 video

Putain d'année 20 où rien n'a fonctionné, ni l’État, ni la médecine, ni les masques, ni les tests. Nous avons été des « Belles au bois dormant » confinées, recluses, esseulées, et grossissantes. Paris c'est vidé encore un peu et encore un peu plus enlaidis de « Voies COVID ». Nos écrans télés ont été pris d’assaut par des Médecins mandarins, jamais d'accord, jamais contents oubliant qu'un temps nous applaudissions à 20h le personnel soignant. Je revois avec une émotion intense, et une infinie tristesse le visage penché de cette mamie pleurant, abandonnée dans un EHPAD, synthèse de cette année, isolée, oubliée...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chartier Mathieu 05/01/2021 11:53

Coucou et bonne année Eric, car il faut avoir espoir que 2021 soit bien plus belle que l'année précédente...
En tout cas, tu as (tristement) bien résumé la situation de l'année 20, et espérons que le fameux "monde d'après" que l'on a entendu à l'envi ne soit pas encore plus sombre que le monde d'avant à priori déjà peu clair...