Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eric Leguay, ma vie numérique

Eric Leguay, ma vie numérique

Le présent n'est que le futur passé...

Que sera le monde d'après ?

Que sera le monde d'après ?

Alors que nous commencions à peine une phase hasardeuse de déconfinement, que la pandémie n'était nullement terminée et que le choc économique prévisible n'arrivera qu'en septembre, de nombreux prophètes font déjà des prédictions sur le « Monde d'après ». Ils se bousculent avec entrain dans le grand Barnum de l’Apocalypse annoncé : survivalistes, écologistes, nationalistes, collapsologues. C'est le « Grand effondrement » ; notre société occidentale va disparaître, parole d’Yves Cochet. Leurs prédictions prennent souvent la forme d'une Prophétie autoréalisatrice. Les Insoumis se prennent à rêver de la « Lutte Finale » quand l'extrême Droite entonne déjà ses « Maréchal nous voilà ». Au réveil ces prédictions se fracassent contre les files d'attentes devant les magasins ZARA et les MacDo, prouvant que demain pourrait être comme hier en bien pire. Que sera ce monde d'après, que rien ne laisse entrevoir, ni prédire ?

Que sera le monde d'après ?

Nous nous imaginons comme des Romains vivant la fin de l'Empire. Nous sommes incapables d'imaginer et d'anticiper une nouvelle organisation mondiale et sociale, coincés que nous sommes entre l'Amérique qui nous fit rêver et l'Asie qui veut nous croquer comme des petites poucettes. Pourtant l'Europe terrain et déclencheur de 2 guerres mondiales, connaît parfaitement ces phases de « Grand effondrement » et de reconstruction sans jamais y avoir vu le début de la fin de notre civilisation. Le 20 septembre 1946 le Festival de Cannes rouvrait dans une Europe en ruine et une France dévastée nourrie aux tickets de rationnement. Pendant l'occupation, les grandes Maison de Couture n'ont eu aucun scrupule a continuer les défilés. C'est la frivolité et la résistance qui visiblement nous ont fait tenir. Peut-on imaginer ce que nous vivons durant le confinement comme pire que la Seconde Guerre Mondiale ? Certains ont allègrement sauté le pas, anticipant des lendemains très sombres pour refourguer leur idéologie pré-digérée.

Que sera le monde d'après ?

Pourtant ce monde d'après, si bien décrit par les collapsologues, existe déjà en France à moins de 2 heures en TGV de la Capitale. Les effets du « Grand Effondrement » sont parfaitement descriptibles et lisibles à Angoulême, qui pourrait très bien préfigurer ce que sera nos vies dans le monde d'après. Ce raccourci osé mérite une petite explication. Remontons en 1989 où un Maire PS flamboyant, Jean-Michel Boucheron, part avec la caisse (plusieurs millions de Francs) et laisse une ardoise d'endettement de plus de 1 milliard de Francs de l'époque. Autant dire que ces chiffres sont colossaux pour une petite cité paisible des Charentes. Avec ses 40 000 habitants, elle figure comme la ville la plus endettée de France, loin devant Levallois-Perret. Cet abysse financier a plongé la ville dans une violente et brutale paupérisation, qui sans l'aide de l'état et de la région aurait conduit la ville a être purement et simplement mise en faillite.

Que sera le monde d'après ?

La Ville d'Angoulême n'a pu sortir du Top 50 des villes les plus endettées qu'en 2011 soit 22 ans après. Il faudra certainement attendre encore 10 ans pour que cette cité abandonnée et dévitalisée retrouve des couleurs et des attraits. 30 ans à voir les entreprises faire faillite, 30 ans à voir les façades murés, les commerces fermés, les rues mal entretenues, et les impôts grimper. Le salaire moyen à Angoulême est de 1 467 euros quand il est de 2 354 euros à Cognac, la florissante. Son taux de chômage est de 12% quand il n'est que de 7% à Cognac. La dernière fabrique de charentaises a fermée le 15 novembre 2019. La Manufacture Charentaise (LMC) laisse 104 salariés sur le carreau. Voilà ! c'est cela un « Grand effondrement » et ce cas n'est pas unique sur notre territoire expliquant en partie le mouvement des Gilets Jaunes. Cela préfigure certainement ce que nous aurons à endurer en plus violent pour les 10 prochaines années. Angoulême ressemble tellement à la France d'après en réduction et Cognac à l'Allemagne, arrogante et prospère.

Que sera le monde d'après ?

Lorsque Wes Anderson, réalisateur américain du « Grand Budapest Hotel » annonce avoir choisi Angoulême et son décors post-apocalyptique comme lieu de son prochain film : BOMBE. « The French Dispatch » est une comédie déjantée se déroulant en partie dans Angoulême avec la délicieuse ironie du sort que sa sortie est prévue en Juillet 2020 en pleine pandémie. La Bande dessinée, le film d'Animation, le jeu vidéo, le cinéma contribuent à la renaissance de la Ville évitant qu'elle ne sombre. Aujourd'hui ces secteurs sont à leur tour très menacés, faisant d'Angoulême une banlieue pauvre de Bordeaux, regardant passer les TGV. Moi aussi je rêve d'un après moins consumériste et plus éco-responsable, d'une vie politique plus démocratique et respectueuse et d'une société plus égalitaire et reconnaissante. Ce monde là sera particulièrement lent se à mettre en place et sera la marque du XXIe siècle. Il est trop tôt pour l'imaginer et le construire. Rien n'empêche d'y songer...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article