Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 15:18
La Canopée

La Canopée

Paris est un ventre, le ventre de la France, le ventre du Monde avec ses Halles modernes en dentelle de fer. Les Halles Baltard, sont construits en 1863 dans une ville nourricière et protectrice pour ses habitants. Ici la ville grouille, s'enivre, s'encanaille, se livre. Il est 5 heures Paris s'éveille, sur un monde à la Zola, un ruisseau de sang provenant des halles, du gris, des ouvriers, des forts des Halles laborieux et joyeux, révoltés avec de la gouaille et du verbe. Ici l'on y boit et l'on parle le Louchébem. C'est un Paris qui fricote avec la Bourgeoise, tout en délestant le Bourgeois rue de la grande truanderie, à l'heure de la soupe à l'oignon, à l'heure des rats. De ce Paris ventre, il n'en reste plus rien, à peine une plaque, même plus un bistrot, ni un accent faubourien.

Artifice de la ville artificielle

Artifice de la ville artificielle

Paris est le nombril du Monde, en cette Belle époque, insouciante et libre, créatrice d'avant guerre, la grande, la dévastatrice. Paris s'expose, c'est le centre du Monde, la Ville Lumière. Elle brille de tout ses feux, elle rayonne de ses milliers d'artistes venus y vivre la vie de bohème, la liberté de ton offert par cette République puissante et respectée. Paris est une Reine avec sa Grande Dame de Fer, la tour Eiffel. C'est à cette époque que Paris est la plus belle, la plus séduisante et la plus enviée . On y court dans ces grands magasins, temple du bon goût et de la mode, au Bon Marché, ou à la Samaritaine, on y découvre la mode, les chapeaux, les frivolités et l'on paie avec les bons de la semeuse. Paris ne fait plus la mode, ici la mode s’appelle ZARA et H&M, bas de gamme, fabriquée sans style et de mauvaise qualité, par des ouvrières sous payées du Bangladesh.

Paris a mis une culotte

Paris a mis une culotte

Paris est un trou du cul, mondaine et dédaigneuse, elle se pense encore le centre du monde quand elle n'est plus qu'une banlieue de Londres et de Berlin. En 1960, tout est mini, tout est petit et étriqué, les grands ensembles on définitivement chassés les ouvriers du centre de la ville. La voiture est reine, les voies sur berges entaillent la cité. Paris peut commencer avec efficacité son travail de sape, de gentrification. Dehors les pauvres, les ouvriers, les étudiants, les râleurs, les prolos, les syndicalistes, les éboueurs. Paris ne veut plus de vous, ou seulement de passage, ou le soir, la nuit, dans les souterrains du Métro. Une plage sur ses quais pour amuser les beaux enfants de Bobos venus glaner l'air frais entre une expo et un marché bio, voilà l'idée. Pour les mollets rien de mieux que le Vélib de l'ami Decaux puis l'autoLib de l'ami Bolloré.

La maquette façon culotte de Bridget Jones

La maquette façon culotte de Bridget Jones

Paris est une chatte, une catin offerte à tous les supplices. C'est un trou béant défigurant son centre pendant 10 ans, avant que de nouveau les coup de bulldozer ne viennent chatouiller son clitoris frigide. Le quartier est délabré, vide, puant et squatté, laissé à l'abandon et à l'imagination des promoteurs immobiliers de l'ère Pompidou. Comment combler ce vagin dillaté et putride ? Comment combler cette vieille femme trop fardée ? Comment donner l'illusion d'une modernité face au Centre Pompidou, nouvellement inauguré ? Comment gagner un max de fric sur le dos de cette nouvelle classe moyenne avide de consommation ? Comme un parapluie, en 1979 un centre commercial, cheap et bas de gamme sera construit à grand renfort de béton et d'acier enterrant encore un peu plus les banlieusards dans une ville au climat tempéré.

Inside la Canopée qui judicieusement laisse passer la pluie

Inside la Canopée qui judicieusement laisse passer la pluie

Paris est un égout qui reflue chaque jours, ces milliers de banlieusards qui ne pourront jamais venir vivre à Paris. La gentrification planifiée depuis 30 ans engendre une explosion des loyers. Ils sont ainsi des milliers chaque jours à s'entasser dans des ReR usés, à errer dans cette station « Châtelet les Halles, Station balnéaire, mais où y a pas la mer ». Le ReR invention française qui consiste à faire transiter dans les pires conditions, des travailleurs le plus loin possible tout en les canalisant, avec comme seule sortie possible ce trou vomissant. Alors la banlieue, c'est invitée à ce grand banquet mercantile, en errant à son tour dans les allées de ce « Forum des Halles » sans pouvoir y consommer. Elle y entraîne cette jeunesse désœuvrée, ces Zy'va du 9-3, espérant un jour y décrocher un emploi précaire dans une boutique SFR tout en continuant à dealer.

Chantier pharaonique

Chantier pharaonique

Paris est un siphon, celui du grand Paris, qui absorbe une banlieue toujours plus lointaine et de plus en plus pauvre. Le politique a plus d'un tour dans son sac, vous ne pouvez pas habiter à Paris ? Qu'importe avec le Grand Paris vous garderez votre ReR tout pourri mais vous serez fier d'habiter ici. D'un coup de baguette magique, dépassée par Londres, Paris c'est offert une virginité. Plus qu'une fracture sociale, il s'agit bien d'une « ségrégation » organisée, veillant à laisser le plus loin possible le travailleur immigré, le pauvre, le jeune, l'ouvrier, si possible au nord, loin très loin. Le ReR ne permettant pas de sortir la nuit à Paris, l'honneur et la tranquillité du Néo Parisien est sauvée, garanti sans accent faubourien. Sans être Smart, la ville accueille désormais plus de start-up que de jeunes couples.

Vidéo du site en construction et en comblement d'un trou

Paris est un trou, qui vient de se refermer sur une cicatrice trop longtemps ouverte aux intempéries. En ce 5 avril 2016, le nouveau Forum des Halles est inauguré. Pour reboucher l'inavouable et le raté, Paris a choisi d'enfiler une culotte façon Bridget Jones. D'un jaune pisseux, sans élégance, ni charme, cette culotte de plomb, vient définitivement combler se qui restait de vie et de parfum sulfureux dans ce quartier dévasté et maudit. Le ReR continuera à déverser ces milliers de banlieusards dans des rames toujours en panne, avec en prime la visite guidée d'un centre commercial garanti 100% Luxe Free, le tout pour 1 milliard d'Euros. Le touriste n'ose pas s'y aventurer, les guides Chinois déconseillent vivement aux touristes d'emprunter le ReR B et A et surtout d'aller dans ce centre commercial aux produits Chinois. Pour amuser le Zy'va, un centre Hip Hop est inauguré, quand ce dernier n'est déjà plus à la mode. Rendez vous dans 10 ans quand par vieillissement prématuré, la cicatrice s'entrouvrira, laissant échapper le pus trop longtemps retenu.

C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?
C'était comment avant ?

C'était comment avant ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par eric Leguay
commenter cet article

commentaires